Frere Animal @Trianon ©Patrick Auffret - Longueur d'Ondes

Vendredi 21 avril 2017

Le Trianon (Paris)

Le théâtre du Trianon, dans le 18e arrondissement de Paris est un écrin idéal pour la dernière date de la tournée Second Tour, nom du deuxième volet du manifeste politique composé par Florent Marchet et écrit à quatre mains avec Arnaud Cathrine.

La salle est pleine, uniquement des places assises, lorsque les musiciens prennent place. Nicolas Martel a la parole pour le « Résumé de l’épisode précédent ». Le public est tout de suite à l’écoute de cette histoire tragique mettant en scène un jeune ouvrier, Thibaut (Florent Marchet), confronté à la dure réalité sociale de son pays alors qu’il vient de purger cinq années de prison. À sa sortie, ses amis et son frère sont là pour l’accueillir, au Café des Marronniers, le bar où la bande avait ses habitudes avant que Thibaut, le héros de l’histoire, ne se mette à « bien déconner ».

Ces cinq années entre quatre murs laisseront Thibaut désemparé. Le temps a passé, sa petite amie, l’excellente Valérie Leulliot, est, elle aussi, passée à autre chose. L’incompréhension est flagrante également avec son frère, Renaud, interprété avec justesse par Arnaud Cathrine. Il a épousé un homme et est confronté au mal de vivre à Comblet, une petite ville imaginaire de province entièrement dédiée à son usine.

Finalement, Thibaut trouvera comme seule porte de sortie celle ouverte par Benjamin (Nicolas Martel), un ami d’enfance devenu responsable de l’antenne locale du Bloc National, parti d’extrême droite aux méthodes plus que contestables.

Sur la scène du Trianon, les musiciens prennent un véritable plaisir à jouer ce qui ressemble fort à une comédie musicale consciente et sociale. Les morceaux du disque sont déroulés sans fausse note, alors que les protagonistes passent avec une rare aisance d’un instrument à l’autre.

Quelques moments choisis donnent encore plus de sens à ce magnifique conte moderne, notamment lorsque Nicolas Martel, parfait en leader d’extrême droite, invite le public à danser mais que personne ne se lève ou encore lorsque Florent Marchet, dans un excès de zèle, lance les bulletins Bloc à la cantonade.

Le final de l’histoire est sans surprise, les extrémistes sont finalement démasqués mais le spectacle vaut son pesant de coups d’éclats.

En invité, Bernard Lavilliers est venu chanter “Je te dois tout”, titre qu’il joue sur le disque. Il revient à la fin du spectacle interpréter “Noir et blanc” et il est bientôt rejoint sur scène par Jeanne Cheral, venue interpréter “Anne ma sœur Anne”, un classique de Louis Chedid. L’émotion est palpable dans la salle, elle le sera encore lorsque Bernard Lavilliers interprétera “L’espoir”, un nouveau titre à sortir dans… six mois !

Les musiciens sont ovationnés une première fois puis reviennent chanter “Vis ma vie”, la première chanson de l’album. Elle semblait avoir été oubliée mais elle clôt finalement d’une belle manière l’imposant spectacle de Florent Marchet et ses amis.

A deux jours du premier tour des élections présidentielles, cette dernière plus que réussie avait des allures de prise de conscience vitale.

>> Site de Frère Animal

Texte et photos : Patrick Auffret

Publié le