French kiss

Ulysse Maison d’Artistes / L’Autre Distribution

Askehoug, son album French Kiss sur Longueur d'Ondes« Bonsoir la lampe, bonsoir la chaise, bonsoir les murs, le papier peint ! » Après presque cinq ans de silence, Askehoug donne enfin de ses nouvelles. Le sacré personnage n’a pas remisé ses élucubrations à la cave. Bien au contraire, il creuse une chanson gainsbourienne qui trempe sa plume dans l’absurde. La crinière et la fine moustache sont devenues poivre et sel, mais celui qui se nomme pour l’état civil Matthieu Aschehoug cultive ses manières de dandy pas manchot – précisons-le à toutes fins utiles, la formule n’est pas de lui ! Dans ce French Kiss élégant, il y a donc des guitares qui crunchent (“Bonjour la solitude”, “La guerre des animaux”, “Tu as redis”), des orchestrations nocturnes (“Nuage”, “Bijou”, “Norway”) et un parlé-chanté de crooner. On pourra rapprocher sa voix grave d’un Arthur H mais l’animal n’a pas la présence vocale de Monsieur Higelin fils. Non, ce qui fait son charme, c’est bien ce qu’il dit, acerbe, d’une belle-mère, de l’homme, de l’humour charnel. Ah, les histoires d’H…

À écouter en priorité: “Bonjour la solitude”, “Marguerite”, “Norway”.

>> Site d’Askehoug

BASTIEN BRUN