DALLAS ©Samia Lamri - Longueur d'Ondes 80

Trapunk

Ne voyez pas, chez Dalla$, de lien avec la série TV éponyme de la fin des années 70 qui suivait les pérégrinations de la famille Ewing au Texas…

Il est cependant bien question de famille derrière Dalla$, dont les membres sont, quant à eux, originaires de Pessac, près de Bordeaux : « Le groupe gravite autour du projet que je forme depuis sept ans en tant que chanteur », explique le leader Dalla$. « Sur scène, je suis accompagné de mon backeur Silvio aka Jason et d’un DJ, Pakun Jaran, qui se sont rajoutés petit à petit à l’aventure. D’abord, Pakun est intervenu en tant que producteur / beatmaker puis progressivement sur scène jusqu’à aujourd’hui. »

La famille, c’est aussi le collectif artistique We Are Vicious, avec qui le groupe entretient « un rapport de fraternité très fort », poursuit-il. «L’univers de Dalla$ est créé en étroite collaboration avec toute l’équipe, que ce soit pour les clips, le live, les visuels, et bien sûr la production comme l’écriture studio. » N’hésitant pas à sortir des sentiers battus du style, le groupe cultive son image « anarchique et punk » et lorgne aussi du côté de l’indus, de l’IBM ou de l’électro dans son premier album Virus & vaccins, autoqualifié de « trapunk».

Place à des territoires sonores spacieux et urbains à la fois, dans lequel le flow du chanteur — condensé de « successions d’émotions » selon ce dernier — résonne par sa viscéralité. « Le rap ne fait qu’évoluer. N’étant ni un puriste du rap des années 90, ni un auditeur de rap exclusivement, il a été facile pour moi de m’inspirer de musiques différentes. Mes premiers vrais souvenirs de musique, tout jeune, restent le reggae et Bob Marley. J’ai découvert plus tard d’autres genres comme le rock, le blues, et le rap… Ensuite la musique électronique », explique le Bordelais, qui joue aussi la carte de l’originalité sur scène ou dans le personnage de ses clips où il apparaît souvent déguisé. « Je prends exemple sur David Bowie, un artiste qui avait tout compris. »

 

>> Site de Dalla$

 

Texte : Émeline Marceau / Photo : Samia Lamri