Kamarad

Carogna Records

Kamarad, leur album Kamarad sur Longueur d'OndesÀ l’heure où le rock français s’apparente au Musée Grévin (les leçons d’hier reproduites jusqu’à l’impersonnel duplicata), l’EP de ces Alsaciens hargneux tombe à pic. En quatre titres, Kamarad (à l’instar de sa pochette guérilla) sort les armes et balance un superbe condensé de punk furibard mais habité. Car si le groupe joue frénétique et sale, il n’oublie jamais d’offrir consistance à des morceaux voyant plus loin que le squat insalubre ou le concours de bière. La puissance vire même (sur l’inquiétant “Last Night”) à une forme de gothique directement échappé d’une complainte à la Nick Cave. Kamarad utilise ainsi le punk avec l’évidence des jeunes gens ayant beaucoup de biles à cracher, mais la colère n’est finalement qu’un point de départ (et sûrement pas une assise sur laquelle se la couler douce) : le soin accordé aux compos précise effectivement que les larsens ne sont guère un cache-misère, plutôt une manière d’offrir encore plus de tension aux atermoiements divulgués.

À écouter en priorité : “Last night”, “Be loyal”.

>> Site de Kamarad

JEAN THOORIS

 

Publié le