Des nouvelles des Orgres de Barback - Longueur d'Ondes

Depuis la tournée anniversaire des 20 ans de Joyeux Bordel en 2014, les Ogres continuent leur bonhomme de chemin…  Revigorés par le large succès de cette dernière, et après une brève pause, ils n’ont pas tardé à reprendre leurs bonnes vieilles habitudes, à savoir avaler des kilomètres de bitume, tout en partageant la scène avec les copains du « Bal Brotto Lopez » notamment…

Cependant, les quatre frères et sœurs ont toujours une petite surprise dans leur besace. La dernière trouvaille a fait tourner la tête des programmateurs lorsqu’ils ont annoncé cinq dates de re-formation d’Un air, deux familles, au mois de janvier 2017. Cinq dates qui se sont remplies à vue d’œil… Le succès faisant son chemin, il devrait y avoir d’autres annonces, d’ici peu, pour les festivals de l’été.

 

 

Cette mini-tournée est assortie de la ré-édition (en octobre dernier) de l’album live de 12 titres, vendus à 50 000 exemplaires à l’époque, et aujourd’hui totalement épuisé. Il avait permis de financer ce projet fou, grâce à la vente de l’enregistrement, réalisé en 2001.

Un air, deux familles, c’est donc le projet que les Ogres ont partagé avec les Hurlements d’Léo au début des années 2000, lorsqu’ils n’étaient encore que deux jeunes groupes. Des étoiles plein les yeux, et pas le moindre sous en poche, ils avaient décidé de monter une tournée européenne sous chapiteau, le fameux « Latcho Drom » (« bonne route » en tzigane)… Le principe était basé sur la rencontre. En premier lieu, la leur ! Sur scène, les deux groupes partagent donc leurs univers musicaux à travers leurs propres morceaux mais aussi, à travers des compositions communes ou des reprises, comme “Salut à toi” des Bérurier Noir. En second lieu, ils mettent en place, ce qui est aujourd’hui, leur marque de fabrique : le featuring. Le partage a un sens tout particulier à leurs yeux. Il doit s’exprimer sur la scène par des rencontres humaines. La tournée fût alors rythmée par des invités surprises comme Debout sur le zinc, ou La Rue Ketanou par exemple.

Mais pourquoi, remonter un projet vieux de 15 ans, alors que les deux groupes foisonnent d’idées nouvelles ? Les chemins des deux groupes se croisent souvent. Sur la tournée Mano Solo, Fredo des Ogres a, à plusieurs reprises, partagé la scène avec ses amis. Un soir, avec Laurent des Hurlements d’Léo, ils ont évoqué l’idée de repartir ensemble. Ils n’ont pas tardé à être d’accord sur le fait que ce projet avait du sens dans le contexte actuel. Et l’engouement de leurs deux publics montre qu’ils avaient raison. Même si, comme lors de la première fois, ils savent au fond d’eux, que ce projet est éphémère et qu’il doit le rester. C’est une règle d’or à laquelle les Ogres ne veulent pas échapper, succès ou pas !

Avec le temps et l’expérience, ils ont compris une chose : l’important est de continuer à s’exprimer dans différents styles et projets, notamment des projets solos afin de se mettre en danger, et surtout de visiter d’autres horizons musicaux, humains. Cela leur permet de mieux revenir au sein de leurs groupes respectifs, et d’être toujours plus inventifs et motivés. Pour ne parler que d’un de ces nombreux projets, intéressons-nous à Télégram, le groupe de Laurent alias Kebous des Hurlements. On y retrouve Kebous mais aussi Vincent des Hurlements, Chloé de La Cafetera Roja ainsi que Julien de Damage Case. Le premier opus, sorti en septembre, offre des tonalités folk / rock et un univers plus intimiste. Les sonorités brutes et assumées laissent transparaitre une maîtrise musicale parfaite pour le plaisir de nos oreilles averties.

>> lesogres.com

JOHANNA TURPEAU