MY GREAT BLUE CADILLAC en entrevue - Longueur d'Ondes ©Pauline Alioua

Dans les ténèbres

Formé il y a quatre ans, le duo My Great Blue Cadillac a sorti un nouvel EP, Virus, uniquement disponible en vinyle. Le groupe montpelliérain avait été révélé il y a deux ans avec son premier album In The Dust. Avec son nouveau disque, il poursuit dans la voie du post-punk torturé aux faux airs de rock gothique qui lui a assuré jusqu’ici une certaine notoriété.

Le groupe a connu son heure de gloire en jouant en juin dernier au festival This is not a love song de Nîmes aux côtés de pointures comme The Foals, Air ou Dinosaur Jr. « Cela a été un plaisir d’y jouer, même si nous avons joué assez tôt dans la journée alors que notre style de musique colle mieux à la nuit et que cela ne nous a pas vraiment ouvert de portes au niveau professionnel. Ce qui n’est pas très grave car nous avons déjà un label. »

Le groupe est en effet signé par les Finlandais de Fairy Dust Records, une originalité pour un groupe français. « C’est vrai que cela peut paraître bizarre pour un groupe du sud de la France d’avoir un label finlandais mais ils sont les seuls à nous avoir fait confiance. Nous avions contacté plusieurs labels français mais nous n’avons eu aucun retour de leur part. Eux, ils nous ont invités à jouer à Helsinki et, juste après notre set, nous ont signés. »

My Great Blue Cadillac commence à avoir un certain succès autour de Montpellier mais regrette le sectarisme musical de la ville. « A Montpellier, il y a une vraie scène rock mais elle est malheureusement divisée. Nous, malgré notre univers assez dark, nous essayons de dépasser les clivages musicaux. »

Souvent catalogué comme new-wave par les médias, le groupe ne se reconnait pas dans cette étiquette. « La new-wave utilise des synthés, nous pas. Notre son uniquement basé sur l’ensemble basse / batterie, sans aucune guitare, donne un rock agressif qui peut parfois aller vers une sorte de metal. »

>> Site de My Great Blue Cadillac

Virus / Fairy Dust Records

Texte : Pierre-Arnaud Jonard
Photo : Pauline Alioua

 


Publié le