Sous-titré Comment j’ai tué Kurt Cobain

OTERO

Editions Glénat

Le Roman de Boddah d'Otero sur Longueur d'OndesMoins cynique que l’on veut souvent le prétendre, les biographies illustrées peuvent être, au contraire, l’occasion de révéler des doubles lectures. De celles dont les mots seraient trop faibles pour exprimer l’ambiguïté liée aux silences, attitudes ou regards. À ce titre, revisiter la vie (médiatique) du leader de Nirvana, icône générationnelle aux larges zones d’ombre, avait de quoi intriguer… Adapté du livre d’Héloïse Guay de Bellissen, le récit échoue pourtant plus par son propos que par la grande qualité du trait (même si les visages manquent parfois de constance dans le réalisme). À commencer par le ton du narrateur – « Le cœur de Courtney bat fort. Elle sait qu’avec lui tout est possible… ». Au revoir la subtilité d’un Gus Van Sant (sur le même thème) ou les partis pris féeriques à la Joann Sfar (Gainsbourg) ou backstage à la Danny Boyle (Steve Jobs). Relations avec sa femme, son groupe, son label… Derrière la patine, il y avait sans doute plus à creuser que le manichéisme affiché.

Chronique à lire dans le magazine Longueur d’Ondes été 2016 / N° 78

Le site de Le roman de Boddah – Comment j’ai tué Kurt Cobain

SAMUEL DEGASNE

 

 

Publié le