Festival Beauregard 2016 -©Patrick Auffret - Longueur d'Ondes

8e édition du festival de Beauregard, près de Caen

Du 30 juin au 3 juillet à Hérouville Saint-Clair (14)

CADRE  : Parc du château de Beauregard.

METEO  : Humide, avec grosses averses l’après-midi, sauf le samedi. Nuageux le soir.

CARTE D’IDENTITE  : Depuis 8 ans, le festival de Beauregard a réussi à s’imposer parmi les grands rendez-vous de l’été sur un week-end très chargé (celui des Eurockéennes et du Mainsquare). Un succès dû en grande partie à son cadre chevaleresque mais aussi à une programmation consensuelle et diversifiée, sans pour autant tomber dans les extrêmes.

LES PLUS  :
– 800 bénévoles motivés qui imposent une ambiance festive par tous les temps
– deux scènes en alternance qui ne se marchent pas sur les pieds
– une taille humaine, 26 000 personnes au maximum pour le day-before avec Les Insus
– une programmation ouverte qui présente les plus belles prestations de l’année (Jain, Feu! Chatterton, Brigitte, Jeanne Added…) et les futures sensations de la rentrée (Back, La Femme…)

LES MOINS  :
Pas de bol pour les groupes locaux (AA, N.U.I.T, Grand Parc…) obligés de jouer sous la pluie en milieu d’après-midi.
L’attente pour aller voir pour Les Insus. Résultat, le concert a débuté en retard.

LE GRAND MOMENT : La prestation de The Kills, parfaitement mise en lumière, était au-dessus du lot. Visiblement détendu, le groupe a assisté dans le public à la prestation de The Horrors dans la journée et tard dans la nuit a enflammé la scène John avec les riffs de Jamie Hince et le postures félines, voire sauvages, d’Allison Mosshart. Glamour, sensuel et extraordinairement incandescent, le set des Kills restera dans les mémoires du festival !

LES ANCIENS SONT LÀ : Le public des Insus n’avait guère le look du festivalier moyen. On a ainsi vu au deuxième rang une grand-mère installée avec sa canne et sa chaise. Elle ne voulait rien manquer du spectacle. Un pari osé mais réussi tant le groupe plus grand-chose de rock’n’roll. A croire que la seule rockeuse du groupe était effectivement Corinne, la bassiste absente. Ce qui n’a pas empêché le public d’apprécier à sa juste valeur la prestation généreuse d’Aubert et Bertignac, redevenus les meilleurs amis du monde le temps d’une tournée, alors que Richard Kolinka est visiblement devenu un pro du lancer de baguette !

REMEMBER 70’s : Robert Plant, le leader de Led Zeppelin  a ravi ses fans en interprétant « Whole lotta love » le morceau le plus célèbre de son ancien groupe.

BACKSTAGE : Le château reste toujours particulièrement protégé. Il est extrêmement difficile d’entrer dans le Saint des Saints réservés à la production et aux artistes. Il n’y a pourtant que peu de loges dedans.

LA PETITE PHRASE : Elle est signée Paul Langlois, le directeur du festival. «  C’est top. On bat notre record, entre 88 000 et 90 000 spectateurs ! C’est toujours fabuleux de battre un record. On est plus contents, de supers concerts, un public présent, on est sur une bonne édition, ça c’est sûr ! »

PJ MALGRE TOUT : Surnommée partout la grande prêtresse du rock, PJ Harvey, sublime dans son costume bleu nuit, a marqué de son empreinte le festival malgré une concurrence presque déloyale, celle de l’équipe de France de football. Pendant que les bleus passaient 5 buts à l’Islande, PJ Harvey et ses musiciens, dont Mick Harvey, subjuguaient l’audience avec ses gants noirs, sa robe, sa coiffe à plume assortie et… son saxo  !

HEGEMONIE NORMANDE : La rumeur lancée par le maire d’Evreux, Guy Lefranc, et son adjoint à la culture, Jean-Pierre Pavon, d’une prise en main du Rock dans tous ses États, notamment pour la programmation, par le festival de Beauregard s’est révélée infondée  : « C’est faux, assure Paul Langlois, le directeur du festival. Et encore moins pour la programmation. Ce festival est autonome, il a ses programmateurs, qui ont d’ailleurs fait preuve d’une belle édition et programmation cette année. On peut imaginer travailler ensemble sur le côté juridique, pour faire évoluer les partenariats, ce que Beauregard a fait d’une belle manière mais en aucun cas en matière de programmation. On peut essayer de les aider sur des domaines où ils seraient demandeur et je suis toujours en attente de voir où ils voudraient que j’intervienne. »

LES FILLES SONT SYMPAS : Le dimanche était placé sous le signe des filles, avec Grand Blanc, Jeanne Added, Jain, Lou Doillon et PJ Harvey. Jeanne s’est fait remarquer par sa gentillesse et sa présence scénique, Lou n’a pas arrêté de faire des selfies avec le public après son concert quand même un peu mou du genou. Quand à Jain, elle a mis une ambiance de folie dans le public (tout comme Louise Attaque d’ailleurs).

L’AN PROCHAIN : En affichant près de 90 000 spectateurs au compteur, le festival de Beauregard a confirmé sa position dominante en Normandie le premier week-end de juillet. La prochaine édition devrait avoir lieu à cette date mais rien n’est encore officialisé.

Site du festival Beauregard

Textes et photos : PATRICK AUFFRET & VALERIE BILLARD

 

Publié le