Longueur d'Ondes ete 2016 / N° 78

En couverture du Longueur d’Ondes été 2016 :

Recherche indignés désespérément

Ces temps troublés semblent tout autoriser : les amalgames, sous prétexte de différences et de méconnaissance ; la parole raciste, au nom d’une liberté d’expression élastique ; le nauséabond en raison d’une prétendue dédiabolisation ; l’abandon d’idéaux et le désintérêt politique pour des questions de mauvaises représentations… Et certains seraient même prêts à sacrifier leurs libertés, parce que l’on aurait « déjà tout essayé ».

S’il existe pourtant des derniers Mohicans de la dénonciation, une majorité d’artistes semble s’être retirée du champ. Ou préfère l’humanitaire. Plus poli. Moins clivant. On oublie cependant que se taire, c’est déjà prendre position. C’est acquiescer en silence et donner sa démission.

Alors on se désole et on se pose sérieusement la question : qu’est-ce qui pousse certains à se frotter aux extrêmes ? Avons-nous une responsabilité dans la non-transmission de valeurs que l’on croyait pourtant intégrées ? Pourquoi ne retenons-nous pas les leçons du passé ? Où sont nos hérauts / repaires ? Quelles répercussions pour ceux qui (se) sont engagés ? Pourquoi laisser autant de place aux réactionnaires ? Pourquoi les métaphores et dénis d’aujourd’hui ont remplacé les insultes d’hier ? Les rappeurs ont-ils désertés la dénonciation rock de leurs pairs ?

Traitez-nous de naïfs, mais nous sommes certains que la démocratie s’acquière par l’utopie. Aussi.

Introduction du dossier par SAMUEL DEGASNE


Ils sont engagés et en parlent :

Yalta Club, Loran des Béruriers Noir, J-Mi du Sous-Marin de Vitrolles, Kemar Gulbankian de No One is innocent, Jean-Michel Ribes, Albert Ogien, Nicolas Framont, Marc Nammour de La Canaille, Philippe Katerine, Florent Marchet et Arnaud Cathrine de Frère Animal et Kinoko.


Ce numéro un peu spécial s’implique politiquement afin de comprendre la desertion artistique dans l’engagement. Longueur d’Ondes a toujours été un magazine engagé avec pour optique de pousser à la réflexion. Il n’en reste pas moins un magazine de musique qui défriche l’actualité pour découvrir de nouveaux talents.

Votre nouveau magazine est à récupérer dans la salle de concert, dans le disquaire, dans la bibliothèque ou encore le bar près de chez vous !

C’est en tout 100 000 exemplaires distribués dans plus de 1500 points de diffusion en France, ainsi qu’au Québec, en Acadie et en Belgique !

 

Feuilleter le magazine en ligne

 

Compilation des découvertes et entrevues du Longueur d’Ondes été 2016 / N° 78

 


Publié le