Poisson d’or

Igloo Records

KARIM GHARBI, Poisson d’or sur Longueur d'OndesLes portraits, c’est ça qui plaît à l’artiste belgo-tunisien. La famille, la nature, les migrants, la douleur avec l’ambiguïté qui en fait aussi partie. Les sensations s’entrechoquent : une force sautillante, une colère tendre ou encore une angoisse colorée, tout est possible ici. Le décor est très important dans ces chansons à imaginer, à colorier, à danser, à rêver. Il y a des matières, du velours, de la terre, de l’eau. Il y a des sentiments, une sensualité qui fait frissonner (« Je crie ton nom »), une maniaquerie sociale (« La notice ») ou encore une malsaine adoration de soi (« Narcisse »). Surtout, il y a la vie ! La voix se fait fluette ou grave, la musique se métallise, s’éclaircit puis s’assombrit. Un personnage doux et joyeux peut d’un seul coup paraître inquiétant, telles des figurines figées et piégées dans leur boîte à musique. A la fois sucré et piquant, ne pas se fier au petit poisson doré ; Karim Gharbi est comme une couverture douillette où il resterait encore quelques aiguilles.

A écouter en priorité : « Narcisse », « Je crie ton nom » et « La notice ».

Site de Karim Gharbi

CÉLINE MAGAIN

 

 

Publié le