Mater dolorosa

Cette jeune femme, crachant une colère froide sur des sonorités électro-punk distordues, est une guerrière de l’ombre : un masque pour ne pas se dévoiler, un bref slogan sur son site officiel, guère plus d’infos. Rencontre avec La Pietà.

LA PIETÀ en entrevue dans le Longueur d'Ondes N° 77 - Photo : A. L Cinematography

« L’anonymat fait partie intégrante du concept, explique-t-elle. Parce que La Pietà, ce n’est pas moi. Il s’agit d’un personnage qui pourrait être n’importe qui. C’est notre part douloureuse à tous. » Douleur. Un mot qui décrirait la thématique de ses deux premiers EPs (sortis quasi-simultanément) aussi âpres que lucides : « Le nom La Pietà fait référence à l’œuvre de Michel-Ange bien sûr, mais aussi à sa traduction latine littérale, « la mère douloureuse ». Dans un monde où on nous vend du rêve, de la joie, de la réussite et de la fête, j’avais envie de parler du reste. Du triste, du quotidien, du médiocre, de la mort, de la révolte, de ces choses qui nous habitent aussi et qui ont nourri les mythes, les religions, l’histoire de l’art comme de la musique. »

Une forme de nihilisme revanchard s’exprime sans fard : « L’ingénieur du son / arrangeur avec qui j’ai travaillé m’a fait remarquer que chaque texte comportait le mot « vomir », ça nous faisait rire. Car oui, je n’ai jamais autant ri, et travaillé dans le plaisir et la joie, que sur ce projet. » Armée d’un logiciel d’enregistrement, d’une carte son et d’une interface, la musicienne (qui se définit comme un « chat sauvage, blessé et hurlant ») détruit la frontière séparant l’année 75 de l’époque contemporaine : « Je voulais que ce soit punk mais actuel. J’ai maquetté plein de morceaux pendant des mois pour trouver la formule. Bosser sur mes instrus de cette façon m’a permis de poser des mots à la manière d’un rappeur, de rajouter un propos sur une musique plutôt que de construire le texte dans la musique. » White riot, indeed.

Site de La Pietà

Texte : JEAN THOORIS
Photo : A. L. Cinematography

 

A lire dans le Longueur d’Ondes N° 77

 

 


Publié le