LE A en entrevue dans le mag Longueur d'Ondes N° 77 - Photo: Marine Truite

Bipolaires bordelais

Tout commence en 2012 pour Le A, par une rencontre via Internet entre Blandine (synthé) et Ita (guitare acoustique) empruntant le chemin de la folk. L’arrivée, quelques mois plus tard, de la guitare électrique d’Emeline, puis de la batterie de Mike, oriente naturellement le projet vers des sons plus rock.

Le A, quatuor de trentenaires bordelais à tendance féminine, imprime d’abord sa patte sur Inseln (« îles » en allemand), un premier EP remarqué en 2014, et multiplie les concerts. Le A (« Première lettre du mot Atlantique » entend-on dans l’intro de « Storm » sur le premier EP ) s’est inspiré, pour son nom, de la série de BD Philémon de Fred, parue dans les années 70, qui narre les aventures d’un ado rêveur tentant de s’échapper du monde poétique des lettres de l’océan Atlantique…

 

Un an plus tard, le groupe sort son nouvel EP, toujours marqué par une douce flamboyance. Des refrains sombres et bruyants, fruits d’un rock alternatif pur jus, font un brillant écho à des couplets pop plus aérés, voire aériens, dominés par les voix féminines éthérées. Entre retenue et explosion, douceur et force, la tension se fait latente. Les teintes shoegaze, très 90’s, sont bien présentes. Blandine revendique cette filiation. « Le shoegaze fait partie de mes influences majeures, c’est ce qui me nourrit. J’y vois une manière de faire évoluer le rock en y intégrant des effets, de la texture, une ambiance ».

Mais le rock indé aux guitares rugueuses et à la rythmique percutante (« Deus ») chavire aussi vers une pop psyché pesante (« Say no Evil », « Everywhere »), sertie de «  textes métaphoriques à valeur thérapeutique ». Coup de cœur pour le nostalgique « Louise », écrit par Ita, qui aime se mettre dans la peau d’un personnage. « Je ne vais jamais vers le français car on a la sensation d’être plus fragile… mais là, ça s’est fait naturellement ». Soutenu par le collectif bordelais Les Disques du Fennec, le groupe confie : « C’est très rassurant de faire de la musique à plusieurs, de porter des projets ensemble et d’avoir des copains bienveillants qui sont là à tous nos concerts ! » Le A prévoit un album pour 2017. « On a déjà quelques chansons bien rock ! » dévoile Émeline.

 

Site de Le A

Pale Echo /Autoproduction
Texte : MARION COMBECAVE
Photo : MARINE TRUITE


Publié le