Loveland

Innovative Leisure

WALL OF DEATH, Loveland sur Longueur d'OndesCurieux, on avait déjà découvert en 2012 l’univers du trio parisien le plus psychédélique avec Main Obsession, premier album excité sur Born Bad. Quatre ans ont passé et c’est dorénavant à Los Angeles que ça se passe. Récupérant au passage l’ingé son de Crystal Antlers (évident sur la première face) et le guitariste et producteur nerveux Hanni El Khatib, Gabrel, Brice et Adam livrent un des albums rock les plus ambitieux de l’année, sans en faire des caisses. Il faut dire que leur tournée commune avec les Black Angels ou encore le Brian Johnstown Massacre a du leur donner des ailes. Sans abuser de réverb ou de fuzz comme beaucoup d’autres groupes du mouvement, Loveland sonne vintage et, quand même, très influencé (« Meddle » ?). Mais des morceaux comme « Blow The Clouds », « All Mighty » ou « Little Joy » emportent tout sur leur passage, sans fard. Etrangement, ils font tous partie de la deuxième moitié du disque, bien mieux écrite et peut-être plus risquée. Félicitations du jury.

À écouter en priorité : « Blow the clouds » et « All Mighty ».

Site de Wall of Death

JULIEN DEVERRE

 


Publié le