Oppositional Defiant Disorder
Autoproduction

White NoteAprès un premier album baptisé « Undo me », paru en 2011, et un EP appelé « Amito », sorti l’année suivante, le quintette parisien propose dix nouveaux titres à placer entre les mains des fans de Radiohead, Sigur Rós, Syd Matters, Muse ou Mogwaï. Entre ballades folk, envolées lyriques et mélancoliques, ambiances atmosphériques et tensions électriques, le groupe emmené par le chanteur Nicolas dévoile quelques douces et jolies comptines (« Note ») et des titres plus froids (« Nightmare & Hopes »), construits sur la base d’une guitare acoustique et ornés d’arrangements souvent cinématographiques (cordes, piano, synthé, kalimba…). Armé tantôt par un quatuor à cordes, un trio à vents ou une chorale (pas toujours judicieuse…), le groupe séduit globalement sur la durée par ses intermèdes (« Odd kid ») et ses ambiances planantes (« Shima »). Il ne lui reste qu’à forger davantage son style pour s’éloigner pleinement de ses références encore un peu trop marquées et éviter quelques faux pas (« Lust For »). http://whitenote.fr/
ÉMELINE MARCEAU


Publié le