Portraits de famine
Spectra

Philippe Brach - Portraits de famineIl est jeune, audacieux, frondeur, avec le franc-parler d’un univers lyrique singulier et encensé par la critique. Interpellé par l’organe vocal versatile du Saguenéen (Lac-Saint-Jean), à l’accent emblématique de cette région du Québec, le public tombe irrémédiablement sous son charme. Louis-Jean Cormier assure la réalisation de ce second effort avec brio, en arrivant à se fondre à l’enregistrement qui, dès les première notes, a l’impact d’une baffe. Les arrangements à cordes rehaussent les propos de ce diamant brut sur la pièce « Crystel » et sur la touchante composition « L’amour aux temps du cancer ». De son côté, « Si près et si loin à la fois » offre un duo avec Klô Pelgag ; la décadente « D’lamour, de booze, de pot pis de topes » frappe comme une savate dans le ventre, sans oublier « Divagation parlementaire », un coup de gueule sur la politique canadienne. L’artiste charismatique transpire d’intégrité en faisant son chemin sans filtre ni compromis et c’est bien ce qui plaît le plus chez lui. philippebrach.com
PASCAL DESLAURIERS