Du 16 au 19 juillet, Carhaix (29)

VIEILLES CHARRUES

MÉTÉO : Un beau jeudi, chassé par trois jours de crachin. Rien d’inhabituel…

CONTEXTE : 1er festival de France, né d’une fête potache dans le Centre-Bretagne et devenu sujet de fierté depuis 24 éditions. Inimitable pour ses déguisements, drapeaux et autres grands écarts de programmation. Malgré un sérieux concurrent en matière de couverture média (le « Fnac Live » sur Paris), on y revient chaque fois pour l’ambiance.

NOUVEAUTÉ : Un système de paiement dématérialisé et gratuit, permettant de régler l’ensemble des achats festivals et camping avec l’aide de son bracelet à puce. Idéal pour éviter les transferts d’argent sur le site et les pertes de monnaie… ou récupérer un immense fichier contacts. Aucun couac n’a été constaté.

FRÉQUENTATION : 250 000 personnes !!!

EN CONFÉRENCE DE PRESSE :
« J’avais envie de classique. Refaire un album comme « Remué », quel intérêt ? Déjà fait. » Dominique A ;
« Le dynamisme rennais n’est pas une volonté politique, mais un fait associatif. Pour preuve : la rue Sainte Anne… » Stand High Patrol ;
« Bien sûr que l’on s’est appelé avec Brodinski ! Il nous a dit avoir mouillé son fond de culotte aux Charrues… » The Shoes ;
« Après notre concert, cet après-midi, Damon Albarn joue ce soir à Benicàssim (Espagne). Il y a de quoi prendre des leçons… » Oxmo Puccino & Tony Allen ;
« Si nos textes vont mal vieillir ? Tout le monde nous parle d’avenir. Nous, on préfère se concentrer sur le présent. » BigFlo & Oli ;
« On s’attend, vu mon style, à ce que je chante en anglais. Sauf que ma famille n’est pas bilingue et que je suis Québécois. » Pierre Lapointe ;
« On vient tout juste de recevoir le master de notre premier album ! On a hâte » Feu! Chatterton ;
« Vous savez : on n’aime pas les définitions. Et cela nous définit assez bien. » Salut C’est Cool ;
« Nous sommes en train d’écrire la suite et ce sera un album concept. » Cabadzi.

LE RETOUR : malgré un déhanché qui perd en érotisme (Prothèse de la hanche ? Années qui passent ?), Tom Jones avait malgré tout la classe. Et « américaine » de surcroît : disco, country, big band, etc. Les States étaient à l’honneur.

LES WAHOUS :
– Muse > si la forme était huilée (utilisation de l’avant-scène, confettis…), la set list puisait heureusement dans un vieux répertoire qui sait se faire moins sage que leurs dernières productions ;
– Joey Starr > incroyable énergie en compagnie d’une tribu cohérente (Cut Killer, Dj Pone, Nathy, B.A.G.A.R.R.E…). Le général a réveillé le festival ;
– The Chemical Brothers > meilleurs que lors de leur précédent passage (focalisé sur leur dernier album), le duo a su – comme Muse – ressuciter l’énergie d’antan grâce à des morceaux datant de 15 ans ;
– Christine and the Queens > rares sont les artistes passant consécutivement d’une année sur l’autre dans le festival. Exit la scène 3 de 2014, bonjour la principale ! Une place méritée.
LE WHAT-THE-FUCK : Pas David Guetta, non (on sait), mais Lionel Richie (prononcez « Laïhonelle Ritchi »). En forme physiquement – magnifique ventre plat sous costume noir cintré -, l’artiste a enchaîné les fameux  » Hello, is it me you’re looking for ? » au piano-doigt-pointé-vers-la-foule ou « All Night Long » et fini sur un « We are the world » avec la Maîtrise de Bretagne. Avec ce doute : sait-il qu’il est ringard ?

LA SURPRISE : Krismenn & Alem du dispositif « Label Charrues ». Deux voix, deux styles ; mélange entre gavotte bretonne et beatboxer hip-hop (champion du monde 2015). Ou l’alliance modernité / tradition pour un chaud-froid incroyable qui a explosé en première partie de la « Caribbean Dandee » de Joey Starr.

THE PLACE TO BE : la scène Gwernig pour sa programmation complémentaire et nécessaire (tant dans les racines bretonnes que l’approche jazz/world), pour sa folle conférence de presse (open bar de crêpes !), pour son chapiteau salvateur (avec ou sans intempéries), ses loges décalées (des caravanes), puis enfin pour son esprit resté intact, maintenu par des organisateurs intègres et toujours accueillants (La Fiselerie).

ANECDOTES :
– Blagueuse et avant sa conférence de presse, la chanteuse de Caravan Palace (Zoé Colotis) a attendu ses collègues, enfermée dans une boîte ;
– Les fruits non consommés par Richie / Baez / Brigitte / Guetta ont servi à réaliser une confiture « Artistes 2015 » ;
– Reprise de « House of the rising sun » par Joan Baez pour les bénévoles lors des balances matinales ;
– Les basses de Prodigy étaient si fortes qu’il fut difficile de reconnaître « Smack my bitch up » en ouverture du concert ;
– L’équipe de Muse a diffusé la photo de ses artistes afin qu’aucun membre de la sécurité du festival ne leur demande leur pass…

PROCHAINE ÉDITION : 25e édition du 14 au 17 juillet avec un projet à Central Park (New York) en réflexion et un partenariat Rock en Seine / Eurockéennes / France Nature Environnement.

COMPLEMENTS VIDÉOS INDISPENSABLES : http://bit.ly/1HGy9KL

Samuel Degasne


Publié le