Invisible world
(Autoproduit)

MadjoRévélée sur “Trapdoor”, joli premier disque de folk envoûtant sorti en 2010, la chanteuse originaire de Haute-Savoie poursuit son capital séduction en entérinant pour de bon tout le bien que l’on pensait d’elle. Avec sa puissante voix soul et ses compositions en forme de montagnes russes, gorgées de chœurs enivrants, de voix lointaines ou effrontées, de rythmiques contrastées (l’épique “Ego stolen”), de mélodies pop célestes, de plages oniriques (“Bloody afternoon”) et d’arrangements synthétiques dignes de grandes productions américaines, la demoiselle prend de la hauteur, touchante sur toute la ligne. Du funky “Fugue for a old man” et ses cuivres indomptables, aux percus tribales de “Mockingbird”, en passant par le groove entraînant de “Human song” et le refrain exalté de “Leave the child”, mêlant les univers de Florence & The Machine et Hundred Waters, il y a de quoi s’épanouir pleinement dans son monde invisible. www.madjo.fr

Emeline Marceau


Publié le