Mai 2015

Le cadeau bonus du mois de mai : 31 nouveaux EP’s à découvrir…
De quoi faire un bon nettoyage de printemps dans son lecteur MP3 !

 
AmarilloAMARILLO
« Tomorrow we’ll be long gone »
(Microqlima)

Bienvenue dans l’univers ensoleillé de ces Parisiens insouciants où la surf-music copine avec des chœurs légers et psychédéliques, des synthétiseurs exotiques, une rythmique entraînante et une basse groovy à souhait. Décomplexée et faussement naïve en surface, cette musique colorée, effervescente et moderne, pourra ravir les fans de Damon Albarn, David Bowie et autres amateurs de BO de western. facebook.com/thisisamarilloEmeline Marceau
 

BocaRIverBOCA RIVER
« Away »
(Cranes Records)

Fondé sur les cendres du groupe Verbal Kint’s Gone en 2013, ce groupe rennais creuse le sillon de la pop noisy et du shoegaze en se plaçant sous grosse influence My Bloody Valentine et Brian Jonestown Massacre. Les murs de guitares électriques sont ici légion, le chant est perché à des années-lumière et les mélodies spatiales sont aussi efficaces qu’énergiques. Un disque lumineux et rêveur. bocariver.bandcamp.comEmeline Marceau
 

BorrowedNostalgiaBORROWED NOSTALGIA
« Borrowed Nostalgia »
(Autoproduit)

Ce jeune groupe rennais mené par Florian Pardigon offre un rock sous tension et légèrement psyché, qui électrise par ses guitares garage, pleines de pédales de distorsion et de fuzz. Mais il sait aussi se faire doux comme un agneau en dévoilant la voix, belle et fragile, du compositeur folk Alan Corbel, venu collaborer à ce disque débridé, heavy, charmeur, et rempli de belles promesses. borrowednostalgia.bandcamp.com
Emeline Marceau
 

CatsEyesCAT’S EYES
« The giant »
(Autoproduit)

Derrière les yeux de chat de Marine Thibault se cache une multi-instrumentaliste et DJ hors pair. Influencée par le reggae et le dub, elle tisse des lianes électroniques imprégnées de deep house et de minimal, insufflant un univers exotique aux touches world et asiatiques. Un voyage ethnique et racé dans l’antre de la Terre. Dépaysement garanti ! soundcloud.com/catseyessound
Kamikal
 

STARWALKER LP Cover 3 mm.inddDARKEL
« The man of sorrow »
(Idol)

Derrière ce nom se cache en réalité une moitié du duo Air : Jean-Benoît Dunckel. Atmosphérique et planant, cet EP qui paraît presque une décennie après le dernier disque en date de ce projet solo, rappelle donc le groupe électro versaillais. La principale différence réside dans des morceaux plus longs et un peu plus expérimentaux. Pour le reste, cette électro-pop remporte les palmes académiques, pas moins. play.idol.io/darkelBastien Brun
 

DeficitBudgetaireDEFICIT BUDGETAIRE
« Sanction »
(Gonzaï)

Après un premier EP en 2014, ce duo parisien revient dévoiler sa mélancolie anxiogène sur quatre nouveaux titres froids et obsédants, qui gravitent autour d’une électronique droguée à la coldwave. Les synthés sont de sortie, les beats robotiques, les mots pas très joyeux et les mélodies tendues et entêtantes : la bande-son idéale pour illustrer un monde post-apocalyptique, en manque de repères. facebook.com/deficitbudgetaireparis
Emeline Marceau
 

DoNoDO:NO
« Lettres mortes »
(La Géométrie Variable)

« Notre esthétique est celle de la douleur. » Voilà un extrait qui reflète à lui seul cet EP aussi sombre que sa pochette. Un rap obscur aux textes contestataires et virulents d’une beauté infinie. Do:No écrit tandis qu’HTK compose une musique sombre rythmée par des beats lourd de sens. Ne reste plus qu’à ouvrir ses oreilles sur « Tapage », en collaboration avec Le Seul Élément. Brut et noir. donolettresmortes.bandcamp.com
Kamikal
 

EdythEDYTH
« Bare I »
(Fake Music)

Sur cet EP, ce producteur de morceaux atmosphériques aux multiples facettes souffle le chaud et le froid sonore, esquissant un calme ambient avant la tempête house. Sa musique, mélange de dubstep et de synthés à humeur variable, dessine un monde contemplatif en clair-obscur et incite l’auditeur à vagabonder sur des beats déstructurés, la tête dans les nuages et les pieds rivés sur le dancefloor. soundcloud.com/edythmusicSerena Sobrero
 

FanelFANEL
« The mirror »
(Autoproduit)

Ce groupe est celui de Béra, activiste toulousaine bien connue et choriste chez Rufus Bellefleur. Pour ses aventures solo, elle crée un univers pop très inspiré par le Japon rêvé des dessins animés de Miyazaki. Il y a un piano aérien – assuré en studio par Nina Goern de Cats on Trees -, une bonne voix en anglais et japonais, et des bidouillages électroniques, qui font de ce premier essai, un disque charmant. fanel.bandcamp.com
Bastien Brun
 

SylvainFessonSYLVAIN FESSON
« Sonique-moi »
(Autoproduit)

Un journaliste-poète passe de l’autre côté du miroir… Ce qui frappe ici, ce sont les ruptures. D’abord des veloutés qui semblent figer le temps, puis le basculement dans le classique, au sens littéral du terme. Le morceau-titre domine son sujet. Finement ciselés et découpés, les univers se confrontent avec passion, toujours en introspection et en mode suranné. L’ensemble laisse apparaître une personnalité vraiment attachante. En écoute iciPatrick Auffret
 

HolbrookHOLBROOK
« Kiss the astronaut »
(Autoproduit)

Le voyage commence avec la voix suave d’Ali Chafik secondé d’une autre, féminine. « Pigeons and rats » lance d’innocents « Fuck you mademoiselle ». Des harmonies vocales de « Redemption » au rock puissant de « Picture in the wall », l’embarquement se fait sans dommage. Au son des guitares mélodieuses, tout le monde veut « embrasser l’astronaute » et vivre une aventure satellitaire langoureuse. soundcloud.com/holbrookjmCéline Magain
 

HummingbirdHUMMINGBIRD
« With Venus »
(Autoproduit)

Bercé par le rock pur d’Arcade Fire, inspiré par les influences alternatives de MGMT, le quatuor lyonnais dépoussière la scène musicale actuelle à coup de mélodies parfaitement équilibrées, et non sans une certaine force de conviction. Une identité fraîche et dans le vent qui mérite le coup d’œil. Le titre suave « I never want to get old » s’accorde en parfaite harmonie avec le début du printemps. soundcloud.com/thisishummingbird
Kamikal
 

JonCohenExperimentalJON COHEN EXPERIMENTAL
« Passion pilgrim »
(Autoproduit)

Jon Cohen, le créateur du Festival montréalais de Musique Solitaire, a profité de sa dernière tournée pour enregistrer, en un jour, un nouvel EP en cinq actes. Jouant lui-même et superposant jusqu’à 18 instruments en même temps, il réussit pourtant l’exploit de livrer une musique directe et dansante, menée par le beat, parfois hypnotique mais toujours catchy. thejoncohenexperimental.bandcamp.com
Julien Deverre
 

JuneBugJUNE BUG
« You don’t know who i am »
(Autoproduit)

Plus de deux ans après la sortie de son premier opus en 2012, la Lilloise espiègle revient sur le devant de la scène livrant une folk burlesque plus aboutie, un nouveau terrain de jeu sous forme de bonbon rageur dans la droite lignée de The Dø ou Soko. Exit le ukulélé des débuts, un vent de maturité entoure cet EP dans un registre pop, entre rêverie et fragilité. Un retour maîtrisé ! junebugacoustic.tumblr.com
Kamikal
 

KingsLoveJacksKINGS LOVE JACKS
« Zombified »
(Autoproduit)

Ces Strasbourgeois s’immergent dans les sphères de l’électro pour dévoiler une musique progressive, acide et spacieuse, qui vogue au-delà des frontières stylistiques tout en gardant une esthétique très urbaine. Pas vraiment électronica, ni rock, ni dubstep, mais fiévreuses la plupart du temps, ces chansons énergiques ou plus cérébrales font varier les ambiances, avec plus ou moins de réussite. soundcloud.com/kingslovejacks
Emeline Marceau
 

LeMasqueLE MASQUE
« Spiral »
(Autoproduit)

Emmené par le musicien Gaetano Serra, ce projet pop est idéal pour accompagner les dimanches de pluie et de déprime. Il y a du Nine Inch Nails dans l’énergique « Spiral », mais aussi du Air dans « Time goes by » et « That’s all over », deux comptines rêveuses et planantes qui caressent dans le sens du poil, tout en dévoilant une voix suave et des arrangements lumineux de cordes et de piano. Prometteur. lemasque.bandcamp.com
Emeline Marceau
 

LenparrotLENPARROT
« Aquoibonism »
(Atelier Ciseaux)

Membre de Pegase et Rhum for Pauline, le Nantais Romain Lallement se réinvente aujourd’hui sous l’appellatif Lenparrot. Cinq titres qui fendent le cœur : épure électro-pop, atmosphère romantique, nostalgie résignée. Surtout, la caressante voix de Romain offre un aspect gospel à l’ensemble, comme une prière religieuse dont l’unique but serait de réconforter les blessés amoureux. Poignant, sincère. soundcloud.com/lenparrot
Jean Thooris
 

MillionKopekMILLION KOPEK
« Million Kopek »
(Autoproduit)

Annoncé comme un duo franco-ukrainien opérant entre Paris et Kiev, on est sceptique, on s’interroge, avant de sautiller sur des mélodies hallucinées ! Deux visions musicales opposées, un peu barrées, mais qui rejoignent un même fil conducteur : celui d’une pop rock psychédélique avec cette délicieuse touche slave qui apporte son pesant de personnalité. soundcloud.com/million-kopek
Kamikal
 

MotherOfTwoMOTHER OF TWO
« Tiger »
(Autoproduit)

Gonflé à bloc, prêt à s’envoler à cause du trop plein d’hélium aspiré, ce trio dit de power rock fait vaciller les oreilles à l’aide d’une énergie vitale ébouriffante. Quatre morceaux qui tournent à plein régime et dont la combinaison entre instantanéité mélodique et décharge de riffs est au déploiement d’un son efficace et généreux, dépourvu de toute esbroufe. Du rock sensitif au plaisir immédiat ! motheroftwo.fr
Julien Naït-Bouda
 

NarcoTerrorNARCO TERROR
6 titres
(Sounds Like Yeah !)

Fratrie issue du groupe Narrow Terrence, Narco Terror ne risque pas de vous laisser vous endormir. Sur ce copieux EP, les guitares sont maltraitées et la batterie massive, le son gras du duo ne s’embarrasse pas de minauderies. Au contraire, c’est un rock envoyé saignant dont on se délecte, et la puissance qui s’en dégage, teintée de second degré, marque les esprits. facebook.com/narcoterror
Mickaël Choisi
 

NatJenkinsNAT JENKINS AND THE HEARTCAVES
4 titres
(Mirador)

Le patronyme de son auteur ne trompe pas : ce disque est l’œuvre d’un Anglais installé en France. S’il a bien fait appel à des talents de chez nous pour ces quatre titres, il a gardé une âme anglaise authentique, qui évoque avec naturel Kaiser Chiefs ou The Kooks (avec qui le groupe a partagé l’affiche). On y retrouve la même efficacité : le parfum du talent anglais sans doute. natjenkinsandtheheartcaves.com
Mickaël Choisi
 

NessNESS
« Bright lights »
(Five Fishes)

Quatuor français, Ness a pourtant le regard qui porte loin.
Au moins jusqu’à l’Angleterre, où ils ont du piocher un sens mélodique évident. Cela reste de la pop, délicate, mais qui refuse de se replier sur elle-même. Il y a de l’ampleur, une facilité dans l’écriture qui leur permet d’échapper à un style pompier. C’est juste beau, et c’est très bien ainsi.
nessmusic.fr
Mickaël Choisi
 

RottersDamnROTTERS DAMN
« Objections »
(Autoproduit)

Alternant poigne et délicatesse, la voix ténébreuse de Timothée fait vibrer. Sur « In the highway », le groupe chante en chœur, tel une tribu se rassemblant. « Archaic minds » est tendre et triste à la fois. « We never know » se pose finement pour finir en puissance à la manière des chants traditionnels que tout le monde reprend ensemble. Un jeu subtil de puissance et de beauté sonore. rottersdamn.com
Céline Magain
 

SapiensSapiensSAPIENS SAPIENS
« Beasty machines »
(Autoproduit)

Quelle énergie ! Ici les beats électro se mêlent aux influences hip-hop, de quoi danser sur la piste et tournoyer sur des loops des scratches tonitruants. Belle harmonie que l’on retrouve tout au long du EP, à l’image de ce couple sur la pochette fumant un gros cigare… Racé et funky, à placer du côté du Peuple de l’Herbe ou de Smooth, l’homo sapiens n’a pas dit son dernier mot ! sapienssapiens.bandcamp.com
Kamikal
 

SngprSNGPR
« Collection particulière »
(Autoproduit)

Dans la droite lignée des groupes de french pop tels Cliché ou The Pirouette, à l’image de leur premier projet avec Mondrian, le duo composé de Roman Oswald et Les Gordon livre une production intelligente et malicieuse. Avec trois titres en français, les Parisiens offrent de délicieuses mélodies électro au rythme incontestable. Entêtant à souhait, on sifflote en cadence sur le titre « Chute libre »… singapour.bandcamp.com
Kamikal
 

SofiaBoltSOFIA BOLT
« Strange reactions »
(Autoproduit)

Amélie Rousseaux, de son vrai nom, est une musicienne franco-américaine qui marie sensibilité rock et mélodies pop-folk sur ce charmant deuxième EP, situé quelque part entre Scout Niblett, Mazzy Star et Angel Olsen. Un beau mélange d’énergie et de fragilité se dégage de ces chansons très expressives, auxquelles il manque juste un peu de mordant pour surprendre complètement. sofiabolt.com
Emeline Marceau
 

RobertSplineROBERT SPLINE
« Istanbul »
(Salamah Prod)

Une voix écorchée sur des rythmes frénétiques, l’ex-Mauvaise Herbe offre un vaste univers avec un grand cœur et toutes ses tripes ! Comme une danse tribale d’un autre temps, entre puissance rock et ferveur incandescente, c’est bien du feu dont il s’agit, quelque part entre Orange Blossom et Chkrrr, les textes en français et poétiques raisonnent dans un tourbillon dub et ethnique. Haletant ! robertspline.com
Kamikal
 

ThereMustBeTreasureTHERE MUST BE TREASURE
6 titres
(Autoproduit)

Au croisement d’Interpol et The National, ce groupe seine-et-marnais marie puissance électrique et sensibilité mélodique. Les guitares sont distordues et spacieuses, les basses bien lourdes et accompagnées de voix lointaines et de synthétiseurs futuristes. Un rock planant et sombre à la limite du post-rock qui, bien qu’assez consensuel dans l’ensemble, fait son petit effet. theremustbetreasure.com
Emeline Marceau
 

VerveineVERVEINE
« Antony »
(Creaked Records)

Cet EP ouvre les portes de l’univers synth-électronica à l’atmosphère subtilement dark de la jeune musicienne suisse : nappes de synthé inquiétantes, infusion de sonorités techno aux allures minimales, chant profond et sensuel qui brise la glace. Comme son nom ne l’indique pas, sa mixture sonore n’assoupit pas l’auditeur, mais le pousse dans un dédale électronique mystique, romanesque et personnel. soundcloud.com/verveineSerena Sobrero
 

ViktorCoupKVIKTOR COUP?K
« Montre-moi ta langue »
(Autoproduit)

Du rap rentre dedans, du rock carton et une langue bien acérée. L’ex-leader du groupe Kalash continue sa route en solo et inscrit, avec ce deuxième EP, sa musique coléreuse dans le décor. Il parle de bavure policière, de sa ville, Paname, ou donne dans l’ego trip sur la chanson titre. Si la prod manque parfois d’épaisseur, ce rap-rock franco est une digne suite au punk de la scène alternative. viktorcoupk.bandcamp.com
Bastien Brun
 

TheWiseDudesRevolverTHE WISE DUDE’S REVOLVER
« Here the sun »
(Old Vibrations Records)

« John dies at the end », pas de surprise, c’est cash ! Déjà à la lecture des titres, l’imagination s’emballe. La musique ne fait que confirmer cette interprétation libre. Vent d’ouest dans les cheveux, rire d’une femme qui s’élance. Colorado, mustang sur la route. Sur la montagne à droite, un cowboy à cheval… Brûlé au soleil, ce rock psyché fond dans les oreilles comme un son chaud et coloré. thewisedudesrevolver.bandcamp.com
Céline Magain