Premières vies
(Entreprise)

BlindDigitalCItizenRemarqué en 2014 avec son maxi « Ravi », honorant une coldwave électronique sur fond de textes en français que n’auraient pas reniés Alain Bashung, le quintette parisien confirme sa posture d’ovni avec ce premier album énigmatique. Ici, le chant est habité (« Dvek », proche de Feu ! Chatterton) et donne une dramaturgie à ce disque planant, comme hors du temps, mais qui reste très frontal. Élastiques, vaporeuses ou nerveuses, ses chansons traversent les styles et les époques, évoquant l’espoir (« le meilleur est à venir » raconte le titre « War ») ou la renaissance, en observant un monde en mouvement via une expression poétique ou plus radicale qui fait souvent mouche. Si « Fantômes » évoque Napoléon et Hamlet, le planant « Parachute » narre un soldat en guerre tandis que le glaçant « 3645 » évoque une lumière intérieure… Ambiances indus, légèreté dancefloor (« Reykjavik »), nappes de synthés psyché et rock progressif s’entrecroisent dans ces « Premières vies » ensorcelantes. www.blinddigitalcitizen.com

Emeline Marceau


Publié le