Peal
(Autoproduit)
PealLe premier album du groupe grenoblois porte tout simplement son nom : « Peal ». « Seeker end » ouvre la voie ; guitares en loop, voix qui soufflent, le ton est donné. La construction des morceaux est minutieuse et élaborée. « Rainy day » pousse jusqu’à 7 minutes d’écoute. Chaque morceau a sa propre progression et crée sa sphère d’interaction entre les différents sons. « Bankadoo », un voyage en Louisiane où se profile un grand black au marcel tout en sueur faisant vibrer sa trompette. Si Peal était une forme, le groupe serait sans aucun doute un cercle : à la manière des loops qu’il envoie, à sa façon de structurer les morceaux comme si chaque ligne était un cercle qui s’emboîtait dans un autre, comme si chaque mélodie se transformait en rythme, comme leur scène circulaire adoptée du temps d’Ortie (leur ancien nom). Un cercle qui peut avoir un début, une fin et qui renvoie vers une introspection. Un peu comme « Eclosion », tout en délicatesse, la renaissance est proche. www.pealtrio.com

Céline Magain

Publié le