Where neon goes to die
(Caroline)
MagnusTom Barman est décidément un homme occupé ! En parallèle de dEUS, le songwriter belge arpente avec le DJ anglais Christian Jay Bolland des chemins plus électroniques sur leur projet commun : Magnus. Sur ce deuxième album (dix ans après le premier), les deux compositeurs dressent un décor sombre et urbain de la nuit, fait de bruits, de fureur et de danses endiablées, comme sur “Puppy” et son refrain démoniaque. Des synthétiseurs extatiques sortis des années 80 croisent des boîtes à rythme percussives, tandis que le chant sexy, grave et décomplexé du Flamand se mue souvent en flow hip-hop irrésistible (“Catlike”) et se mélange à ceux de featurings efficaces (Tom Smith d’Editors, Mina Tindle, Selah Sue, David Eugene Edwards, etc.). Ici, le rythme est un art maîtrisé, comme sur la dance hypnotique de “Regulate”, et les mélodies pop toujours inspirées, à l’instar de “Trouble on a bar”, que n’aurait pas renié Metronomy, ou encore “Singing man” proche de Depeche Mode. On en redemande ! magnusmusic.be

Emeline Marceau


Publié le