Benidorm dream
(Pan European)
KoudlamQuelqu’un a dit : « La solitude est faite pour les bêtes sauvages ou pour les dieux. » Il ne croyait pas si bien dire si on pense aux conditions d’enregistrement du nouvel album de l’artiste Koudlam. Conçu en autarcie et en un mois seulement au 33ème étage d’un immeuble semblable à tous les autres dans la cité fantôme du sud de l’Espagne après de longues errances nocturnes, ce deuxième album a quelque chose d’intangible. Comme la distance entre visions et sensations, sa musique flotte et bouillonne en une immense kermesse de symphonies futuristes qui refusent de se laisser dompter. Chœurs de Schtroumpfs sous hélium, basses technoïdes noyées dans le fond, voix de crooner sous gueule de bois, « Benidorm dream » ne ressemble à rien de connu sur cette terre. En témoignent les morceaux « Ouverture », « Negative creep » ou « Transperu » qui tiennent autant du gabber (sorte de mainstream hardcore ultra saturé) que du coup de génie.
Julien Deverre


Publié le