The Dukes ©Denoual Coatleven - Longueur d'Ondes 73

Régénération rock électro

The Dukes, c’est la collaboration entre l’ancien batteur et un ancien guitariste de No One is Innoncent remonte à l’album  Révolution.com. Shanka, alors âgé de 24 ans, restera longtemps aux côtés de Kmar, le chanteur de No One. Greg Jacks n’a fait qu’une tournée avant de monter dans le Superbus de Jennifer Ayache.

Les retrouvailles ont lieu en 2010. Greg propose à Shanka un projet rock’n’roll. Le guitariste s’impose rapidement en homme-orchestre, sous influence old school. Loin d’un “délire garage”, The Dukes privilégie une production soignée pour se donner du volume. Greg est à la batterie, Shanka s’occupe de la guitare, du micro et des machines, particulièrement des amplis basses dans lesquels passent des sons. « On donne vie aux machines à travers le live. On les a soumises au rock’n’roll et pas l’inverse, comme font la plupart des groupes. »

Particularité du duo : Shanka hurle dans les micros de sa guitare. Une touche originale possible grâce à des aménagements réalisés par un luthier nancéen. Le résultat en impose avec conviction. « Je suis quelqu’un de très en colère, cela ne s’en ira jamais, souligne Shanka. Il y a chez nous une recherche de violence très forte qui va avec une recherche de prestance. On n’est pas dans le plaintif mais dans une énergie brute dans laquelle s’exprime l’ironie. »

Nourrit à l’hybridation punk-rock qui a amené le grunge, The Dukes s’aventure hors des sentis battus, subissant plus que revendiquant un statut de rockeur tant les nouvelles technologiques sont omniprésentes. Un sentiment renforcé par l’utilisation d’images intrusives projetées sur leur matériel. Elles dévoilent une mascotte venue de la bande dessinée : Smoki Wolf. Les textes, remplis d’invectives, ne sont jamais dénués de sens – « Ma femme (France De Griessen, ndlr) ne me laisserait pas faire… » – et souvent  oniriques. « Je donne la clé sans ouvrir la porte. Il faut que cela reste de la poésie. »

>> Site de The Dukes

Texte : Patrick Auffret / Photo : Denoual Coatleven


Publié le