LES FRANCOUVERTES 2014
La finale de la 18e édition du concours musical les Francouvertes avait lieu le lundi 12 mai au Club Soda. Les porte-paroles Karim Ouellet ainsi que les Soeurs Boulay ont d’abord brisé la glace tour à tour en interprétant leurs chansons, puis ont joué ensemble « Marie-Jo » de Karim. La finale opposant Philippe Brach, Julie Blanche et Deux Pouilles en Cavale pouvait débuter.

LES FRANCOUVERTES 2014Le jury de l’industrie dont le vote compose 50% de la note, était composé de : Andréanne Sasseville (SiriusXM), Karim Ouellet (porte-parole / auteur-compositeur-interprète), Mélanie et Stéphanie Boulay (porte-parole / auteures-compositrices-interprètes), Laurent Saulnier (Francofolies de Montréal), Rebecca Makonnen (Espace.mu), Nicolas Tittley (MusiquePlus) et Philippe Papineau (Le Devoir, CIBL).

Philippe Brach

Philippe Brach a commencé la soirée avec simplicité. Son charme désarmant, sans artifice, décontracté est assez époustouflant. Il enlève d’abord ses souliers (pour être plus à l’aise) et débute avec humour sa chanson triste qui parle d’avortement. Toujours en maîtrise, il séduit le public d’emblée. Beau, charmant, drôle et généreux, il possède une aisance, une expérience qui émane de lui. Rockeur dans l’âme, c’est un étrange mix de Dédé Fortin, Fred Fortin, Fred Pellerin et Daniel Bélanger. C’est peut-être que Philippe Brach vient du Lac-Saint-Jean… Il a la langue bien pendue, une plume trempée dans l’alcool et une voix solide. Il finit avec « C’est tout oublié », un titre énergique et magistral.
http://philippebrach.bandcamp.com/album/la-foire-et-lordre

Julie Blanche

LES FRANCOUVERTES 2014Sa voix mélodieuse s’empare de l’assistance. Elle laisse son univers se dévoiler et s’étendre. Sa poésie délicate, raffinée et évocatrice vibre dans Le Club Soda pris sous son charme lugubre et merveilleux. Sa voix au timbre feutré, fragile, profonde et percutante séduit l’assistance. Petite, menue, mais solidement campée, Julie Blanche se défend avec une prestation honnête et sincère.
Elle en profite pour offrir de nouvelles chansons élégantes, puis, toujours aussi théâtrale, elle termine sa performance, radieuse, lumineuse et souriante. Pour elle, peu importe le résultat, semble-t-il, elle est déjà victorieuse.

« Je suis très heureuse de participer à la finale ! C’était inespéré et inattendu. Mon but était de me rendre en demi-finale, je n’ai même pas rêvé de la finale ! Je voulais juste gagner un prix ou deux, me monter un bon dossier de presse. Participer au Francouvertes, ça permet plus de visibilité, de passer par un filtre de l’industrie. Il y a eu 14 juges qui m’ont vu, ça donne du coffre à mon projet. »
julieblanche.bandcamp.com/album/ep

Deux Pouilles en Cavale

LES FRANCOUVERTES 2014On ne pouvait finir qu’avec Deux Pouilles en Cavale, échevelé, intense, poignant de sincérité et d’originalité, l’énergie dans les ressorts. L’expérience est éclectique et fait penser à un mélange de Mononc’ Serge bien canalisé. Il faut du souffle pour offrir ce punk débraillé, éclectique et électrique, avec cette direction claire vers laquelle ils foncent à 1000 km/h. La formation joue intensément, avec humour et bonheur, comme s’il n’y avait pas de lendemain. On voudrait parfois qu’ils ralentissent le tempo, qu’ils jouent moins fort, mais finalement, ça serait les dénaturer et leur enlever leur charme.

« On joue nos chansons d’une manière assez énergique. On ne prend pas de temps entre nos chansons, on ne niaise pas avec la puck. On a fait 14 chansons en 25 minutes. On se fixe des défis musicaux pour tout le temps être occupé sur scène. On essaie de rendre le spectacle vraiment dynamique pour l’auditeur. »
http://deuxpouillesencavale.bandcamp.com/album/votre-coeur-va-manquer-un-pouls-ep-2

Le gagnant

LES FRANCOUVERTES 2014À la suite d’une longue délibération, plusieurs prix sont remis au finaliste. Et c’est sans étonnement que Philippe Brach est sacré grand gagnant des Francouvertes 2014 ! Il remporte ainsi une bourse de 10 000 $ de la part de SiriusXM.

Réaction : « Je ne voulais rien tenir pour acquis. Peu importe si ce que tu fais est bon, il y aura toujours des imprévus. Tu as juste à changer deux personnes sur le jury et ça ne donne pas le même résultat. J’étais donc conscient que ça se pouvait très bien que je n’aille pas en finale. Ça fait quatre ans que je m’inscris et que je ne suis pas pris, comme dans la plupart des concours où je me suis inscrit… Je pense que c’est une bonne chose parce que je n’étais pas prêt ni mûr, mais cette année, c’était le bon moment, le timing était parfait. En plus, on lançait mon album, ça ne pouvait pas mieux tomber. »

Alexandre Turcotte
Photos Michel Pinault


Publié le