François and the Atlas Mountains - Photo : Michela Cuccagna
Le 9 avril 2014 à La Gaité Lyrique (Paris)

Le décors est planté : la forêt de « Piano Ombre », dernier CD du groupe attend le public. Les arbres flottent sur la scène… À l’entrée de Frànçois, ovation du public qui sera mené ce soir à travers les chemins et méandres de cette forêt magique !

Après avoir conquis le public avec son hymne à l’amour « E Volo Love » en allant et venant sur scène avec quelques clin d’œil à quelques titres de son magnifique « Plaine Inondable », Frànçois signe un grand retour avec des thèmes plus africanisans, qui ne sont pas sans rappeler les nombreux voyages et rencontres du globe-trotter charentais exilé ça et là dans les contrés du monde, composant au fil de ses rencontres. Ses chansons sont les mélodies de son carnet de voyage…

Le succès ne lui a pas tourné la tête et son éternelle timidité trône encore malgré quelques interventions rigolotes. Le public l’aime et le suit dans ses respirations, s’adaptant à ses pas et marchant avec lui dans cette balade végétale. Car tout y est : les flash de lumière et les Mountains qui partent en transe, Amaury pratiquant son légendaire jeu d’épaules dès lors qu’il caresse sa basse… Le tout contribue à invoquer cette ambiance tribale où l’on se laisse volontiers embarquer, porté par les voix douces, profondes de Gérard (Babe) et Pierre (Petit Fantome) qui soutiennent à la fois la candeur, l’amour et la mélancolie.

Les invités de ce set : Jérémy aux congas venus pimenter de couleur africaine cet album, ainsi que deux saxophonistes (Etienne Jaumet ne passera pas inaperçu), ce qui rend l’aventure live différente de l’album et ce pour notre plus grand plaisir. Et pour clore ce magnifique moment : Frànçois berce l’auditoire de ses chants arabes envoutants.

Un concert kaléidoscopique où la complicité entre les musiciens est palpable, sincère, magique. Un petit avant-gout de paradis…

Emilie Delaval
Photos : Michela Cuccagna

Publié le