LE MANS CITÉ CHANSON - Photo : Serge Beyer
Le 30 mars 2014 au Mans (72)

LA CARTE D’IDENTITÉ : C’est un tremplin qui fête ses 20 ans, un label aujourd’hui reconnu dans le métier et qui a contribué à la découverte de nombreux talents et au développement de carrière d’artistes tels Jeanne Cherhal, Gérald Genty,  Amélie les Crayons, Imbert-Imbert,  Syrano,  Moongaï, Evelyne Gallet,  Sarah Olivier

MÉTÉO : Éclaircies et quasi pas de pluie.

LA PETITE HISTOIRE : L’occasion de rencontrer des éditeurs, producteurs, tourneurs, journalistes spécialisés, membres du jury venant de toute la France, mais aujourd’hui c’est le deuxième tour des municipales et on vient de passer à d’heure d’été à 2 h du mat… Certains ont raté leur train, d’autres sont pas trop réveillés !

LE PLUS : Les découvertes (auteurs et compositeurs) triées sur le volet pour le « Tremplin Francophone ».

LE MOINS : Le « Tremplin Interprète » qui date d’une autre époque… et n’est pas toujours à la hauteur qualitativement.

ORIGINAL : Orlando, sont cinq sur scène, dont deux chanteuses qui pourraient être mère et fille. Chanson réaliste et poétique. Piano, accordéon, mise en scène (ils sont aussi comédiens). Une authentique joie d’être sur scène communicative.

ROSE BONBON : Luciole, formation trio avec chanteuse au look Mélanie Doutey. Douceur, délicatesse, tendresse pour celle qui communique avec des « signaux de fumée » et qui « peint ses ongles couleur océan en attendant de ne plus avoir peur ».

DÉTONNANT : Iaross, violoncelle & rock progressif. « La mitraillette aux lèvres et la tête en coton… Caresser l’image du monde qui fait trêve… Le cri dans le fond d’la gorge qui ne veut pas sortir. » Présence et voix puissante pour le chanteur qui sait se faire délicat. Ca ne caresse pas dans le sens du poil, ça cherche, se réinvente et ça finit en chaos musical organisé.

SLAM : Le Grand Orchestre d’Alphonse Sauvage  : une basse, un beat-boxer et du slam chanté par une houpette iroquoise à lunette… ça dépote !

ET AUSSI : Manon Tanguy, sorte d’Amélie Morin à la voix acidulée qui s’en sort bien au yukulélé ou au piano ; Balbazar qui ose du Ouvrard version hip hop (« Je ne suis pas bien portant »); Sophie Le Cam, au look et à l’attitude Renaud, qui mérite d’être suivie…

LES PRIX : Tous gagnants mais les premiers prix sont Orlando – Toulouse : prix Tremplin Francophone ; Balbazar – Nantes : prix Concours Interprètes et le Grand Orchestre d’Alphonse Sauvage – Angers : prix Spoken Word.

LA PETITE PHRASE : C’est Eskelina, Suédoise devenue francophone qui parle des militaires (entre autres) : « Bien souvent leurs désirs sont des désordres : évidemment bien souvent nos désirs font désordre ».

LE SITE : www.lemanscitechanson.com

Serge Beyer

Publié le