MLCD
Trix (Anvers) – 22 février 2014

My Little Cheap Dictaphone avait déjà convaincu avec « The Tragic Tale Of A Genius » qui s’inspirait de la vie de Brian Wilson, chanteur des Beach Boys et qui leur avait apporté une belle reconnaissance (Octaves de la Musique en Belgique , Sunday Times en Angleterre, etc.). En 2013, ils ouvraient leur champ de compétence en signant la composition musicale de la pièce de théâtre « Roméo et Juliette » mis en scène par Yves Beaunesne. Cette année, le groupe de rock belge revient en force avec son 5e album « The Smoke Behind The Sound » disponible en France dès le 10 mars prochain, mais déjà sorti en Belgique.

Lors du festival We are open au Trix à Anvers, ils commencent en douceur avec « Change in my heart ». Tous les détails sont étudiés : habillement sobre, guitare rouge bien évidemment pour un chanteur s’appelant Redboy (chant, guitare), disposition sur scène avec les deux guitares électriques et la basse en avant. Ca y est c’est parti, lumières mauves accompagnées de pieds de micro éclairés du même ton, ça en jette tout de suite.

http://mlcd.bandcamp.com/track/bitter-taste-of-life

Le groupe montre vite son pouvoir d’attraction. Redboy se risque au néerlandais et enchaîne en anglais pour plus de facilité. Le public est réceptif grâce au chanteur qui va le chercher : « Plus près encore plus près… ». Les mélodies de Pierre-Louis Lebacq (claviers), le magicien, entrent dans la tête ; les battements du cœur finissent par se caler sur les rythmes de Simon Fontaine (batterie) qui, au final, en fait ce qu’il veut, du poum poum tchac au poum tchac tchac poum poum ! Tout ça magnifiquement guidé par les trois guerriers qui prennent le public de front avec leurs sabres lasers aux multiples couleurs. MLCD transpose toutes les couleurs de son nouvel album, invitant à la découverte d’un été dans le noir, au goût amer de la vie ou inventant lapin et orage qui transportent et finissent par totalement bouleverser (« Fire »). Là, tout explose !

http://vimeo.com/86915338

Sur scène ça envoie du lourd ! Le concert est une montée en puissance et le point culminant est atteint tout en douceur : la vague MLCD submerge la salle, les 5 membres montrent comment nager avec eux. Xavier Guinotte (basse) est une pile électrique qui bouge sans arrêt et marque une complicité constante avec les autres membres du groupe. Manu Delcourt (guitare), plus discret mais présent, sait faire vibrer la foule. Redboy, à la classe sobre et l’allure réservée, prouve sur scène son ouverture et son aisance. Interactions avec le public, pied sur le baffle, micro en main ou accroché à sa guitare, il occupe l’espace et met tout le monde d’accord. Voilà clairement un groupe généreux, efficace qui monte le public sur un fil tendu vers le haut et ne le lâche qu’une fois arrivé de l’autre côté.

Céline Magain
Photos Denoual Coatleven

Publié le