« PenInsular« 
(Queen Bee Music)
Robin FosterCrier au chef-d’œuvre n’est jamais très prudent dans une critique. Pourtant, à parcourir la discographie de Robin Foster, l’envie point plus d’une fois. Et elle n’a jamais été aussi forte qu’avec « PenInsular », troisième et dernier rejeton de l’Anglais, Breton d’adoption. Financé et produit par les fans, l’album marche dans les pas de ses prédécesseurs et notamment de « Life is elsewhere ». Cette « vie ailleurs », l’explorateur semble enfin l’avoir trouvée. Baptisées « Magellan », « Finis Terrae », les plages ont déjà en elles un avant-goût de voyage. Et voyage il y a. Marin, et malgré tout très aérien, « PenInsular » a les humeurs de l’océan. Il arrive que l’album prenne d’un coup son temps. L’artiste repose alors ses bases, reconstruit posément sa musique pour mieux repartir. Et le tout tient formidablement bien. Poussé vers le large, l’auditeur se plie docilement aux quatre volontés du vent soufflé par l’arrangeur. Quand vient finalement le titre « PenInsular » et l’heure de toucher terre, on se dit que l’on serait bien resté quelques instants de plus dans ses voiles.

Romain Gouloumès


Publié le