Territoire, Samuel Degasne, Longueur d'ondes

Horizons sans frontière

Le petit dernier d’Envelope Collective, association de musiciens montée en France et vivant un second souffle en Espagne, réhabilite une forme de radicalité. Dans l’écriture en pointillé, tout d’abord. Dans les multiples ponts entre références krautrock et cinéphiles, ensuite.

Bourrasques de cordes, rythmique plombée, iconographie aride, poèmes susurrés… Avec « Mandorle », Territoire sort de l’exil.

Etymologie

Rarement un projet n’aura aussi bien porté son nom. Territoire ou cette étendue de terre dépendant (d’un genre, de racines culturelles). Ce domaine qu’une personne (Olivier Arson) s’approprie, tente d’imposer ou d’y maintenir son autorité, ses prérogatives. Cet espace délimité, considéré comme habitat privilégié et défendu contre l’intrusion de congénères, quoi de mieux pour illustrer un projet franco-espagnol protéiforme dont les protagonistesTerritoire, Samuel Degasne, Longueur d'ondes restent dans l’ombre pour s’en nourrir ? Olivier a enregistré pendant trois ans (2009 – 2012) à Urdúliz, Madrid, Getxo, Valencia, Eibar, Alicante et La Déhètière. Plus d’une dizaine de musiciens de la scène alternative espagnole ont rejoint son ambition au fur et à mesure de ces huit pistes parfois bruitistes, souvent ponctuées en français. Orgues, drones, guitares, violoncelles, clarinette, contrebasse, percussions… tout est, prétexte à l’installation d’un climat.

Découvrez « Blanc » de Territoire

Musique

On pense bien sûr à la relecture de Godspeed You ! Black Emperor, en raison de l’approche pentue, des multiples couches de lectures et extensions jazzy. Trop pointu ? L’album a pourtant de bons échos de deux côtés des Pyrénées, investissant les marges d’une musique qui passe son temps à se répondre à force de s’universaliser. Reste que l’auteur a du mal à statuer sur un sentiment général qui prédominerait son intention : « On cherchait vraiment à faire en sorte qu’ils puissent tous coexister. Peut-être que, globalement, il y a cette agressivité permanente, parfois très crue et visible, parfois plus latente et sous-jacente. » Conséquence, sans doute, de l’écriture automatique des textes. Pour Olivier Arson, le processus créatif est pourtant chaque fois le même :Territoire, Samuel Degasne, Longueur d'ondes « Ça commence toujours par des ambiances. C’est très chaotique, toujours un saut dans le vide. Les textes viennent ensuite. » Avec un enregistrement sur le long terme (les collaborateurs habitent loin), afin notamment d’éviter la perte d’efficacité : « En enregistrant petit à petit, on a vraiment pu prendre le temps d’avoir de la perspective et d’arriver à quelque chose d’abouti, même si on sort pas indemne d’un processus aussi obsédant. »

Esthétisme

L’inquiétant clip « Blanc », premier étendard iconique de « Mandorle », rappelle des séries TV comme « Les revenants » (Canal +) : un esthétisme urbain et blafard propre aux productions scandinaves (et bien loin, donc, du soleil de l’Espagne…). Une vidéo à découvrir en miroir de « La Sainte-Vierge » (Francis Picabia, 1920), servant de pochette à l’album. Un éclaté pictural, métaphore des explosions de décibels et de l’aspect monomaniaque de l’objet. Olivier confirme : « L’idée était de faire quelque chose de très sec et très classique, presque rance, comme pour dépurer toute beauté illustrative et centrer l’attention sur la musique. Pour le clip, les choix ont davantage été de l’ordre du réalisateur, qui avait cette idée de faire un clip psychologique et atmosphérique, où il était important d’avoir une vraie texture qui puisse contribuer à attraper le spectateur. »

Découvrez l’album ici.

Envelope Collective

La structure pygmalionne est née bien avant Territoire, en France, pour organiser des concerts et des expositions. Devenu collectif, elle a désormais pour ambition : « Pouvoir sortir les disques que l’on aime et être fiers de ce que l’on fait. » Concrètement, les artistes participent aux fraisTerritoire, Samuel Degasne, Longueur d'ondes et chaque bénéfice est réinvesti dans un pot commun. « C’est pour ça que la relation entre nous est super importante. On se connaît tous et c’est le plaisir que l’on prend qui guide tout », répète Olivier. L’expérience est uniquement disponible en achat en ligne (albums physiques, titres digitaux, T-shirts, affiches…). « On a eu beaucoup de problèmes avec les disquaires espagnols… qui ont d’ailleurs presque tous disparus », conclue-t-il. Preuve que même la radicalité a un prix ? Le voyage en vaut la peine.

Samuel Degasne

« Mandorle » (Envelope Collective)
> http://www.trrtr.com
> EnvelopeCollective.org

Publié le