ARCH WOODMANN
Bordeaux, I.Boat, le 27 février 2013

Il faut des prouesses pour bousculer la froideur sombre qui règne à bord de l’I.Boat. Il suffit pourtant d’un clin d’œil adressé tour à tour à Lucie (guitare, claviers), Thomas (basse) et Benoît (guitare) pour que l’atmosphère change. Antoine, guitare en bandoulière, se tient debout derrière sa batterie et fait ainsi partir les premières notes de la musique d’Arch Woodmann http://archwoodmann.com avec une excitation et une intensité palpables.

L’ambiance électrique réchauffe la scène et les subtilités se révèlent, ces passages planants, ces chœurs accrocheurs, ces sons de claviers rigolos, cette rythmique qui s’affole… Avant de mettre bien en évidence les sensations pop qui poussent à des déhanchement frénétiques, comme dans cet hommage annoncé à Patrick Swayze, en rapport avec la vidéo de « Good God » qui utilise un montage d’images des rôles interprétés par l’acteur américain.

Quand un morceau démarre sur une tonalité folk, on doit s’attendre à le voir rapidement évoluer. Et dans les montées en puissance, les musiciens parviennent à mêler contrôle, cohésion et une spontanéité si chère à leur caractère. En rappel, une crise de fou rire incontrôlable d’Antoine amuse tout le monde alors qu’il s’embrouille dans des arpèges, seul à la guitare.

Joueur et intrépide, le groupe sait faire varier ses performances qui ne se ressemblent jamais vraiment d’une scène à l’autre. Le public de l’I.Boat a donc droit à une ambiance rock évidemment plus marquée que sur la version album, qui possède une patte indie-pop bien hérissée et enrichie de beaux arrangements de cuivres, notamment. Ce soir, le groupe peut fièrement fêter la sortie de son nouveau disque, déjà son troisième album. « C’est la première fois qu’on installe nos instruments après le premier groupe… Bref, c’est nous les stars ce soir ! », s’enthousiasme Antoine.

Béatrice Corceiro
Photos : Pierre Wetzel

Publié le