ProPulse
Bruxelles, du 4 au 8 février 2013.
LA CARTE D’IDENTITE : Le rendez-vous des arts de la scène destiné aux pros du spectacle vivant mais aussi au public belge avide de découvertes. 5 jours de spectacles dans 3 lieux : Flagey, les Halles, le Botanique. Plus un Off organisé par les salles de Bruxelles reconnues par le Ministère de la Culture, qui est le commanditaire de ces rencontres.

LA PETITE HISTOIRE : C’est grâce au modèle de la Bourse Rideau de Québec que sont nées ces vitrines belges il y a 23 ans ! Anciennement « Entrevues » et « Boutik Rock » elles sont « ProPulse » depuis deux ans.

LES PLUS : Pour y participer, on dépose sa candidature en ligne (cette année 500 dossiers sont arrivés) et c’est un jury de 50 experts (programmateurs, médias…) qui choisit 50 spectacles de théâtre, danse et musique (les 2/3). Six vitrines hors Belgique étaient proposées cette année.

LES MOINS : L’absence d’un « salon contact » pour que pros et artistes se croisent plus officiellement. Il y avait juste quelques petites tables dans un couloir, devant les salles… et après les shows, il fallait courir après les artistes que l’on avait repéré !

DEBOUCHES : 15 tournées et 200 dates de spectacles ont été signées à l’issue de ProPulse cette année.
Dimoné
LES FRENCHIES : Le duo de déjantés montpelliérains Dimoné, est toujours aussi extraordinaire et rock’n roll ! L’un, extraverti et bondissant au micro et à la gratte, l’autre stoïque assis à son synthé… un petit côté Sparks ! Vivement le prochain album prévu cet automne.

DECEPTIONS : Le stoner rock de Vegas qui oscille entre rage et douceur, mais dont la voix était trop en retrait, passant inaperçue, dommage. Le choix de Lylac, folk-singer bilingue entre Jeff Buckley et Art Garfunkel qui n’a hélas pas fait un seul titre franco. D’ailleurs c’est ça le plus dur en Belgique : l’absence quasi-totale du français, pourtant l’une des langues officielles !

YewLES DECOUVERTES :
Yew, sept énergumènes membres d’un collectif foutraque et inclassable. Les Pogues belges ? Les Cowboys Fringants de Liège ? Trad énergique ou world barré ? 5 manches (dont une mandoline et un violon), 1 batterie et un chanteur entre Placebo et Suède. Et Vitas Guerulaïtis post-punk-bruitiste, au royaume des onomatopées, des phrases-slogans, des cris ? Ce trio d’allumés détonants est l’une des meilleures surprises déjantées de ce festival ! Les nouveaux Sttellla?

MAKYzardLA CONFIRMATION : Depuis les Francofolies de Spa où on les avait découvert, nous confirmons : MAKYzard c’est mieux live que sur CD. Entre slam et hip-hop concerné, version jazz-world. Avec un leader à la fois discret et immergé dans son univers, ayant à cœur de transmettre sa vision du monde, son hymne à la vie. Trompette, guitare classique, batterie et percus, basse et DJ !

L’ENIGME : Bon alors c’est qui Klo Pelgag, cette Québécoise barrée ? L’enfant cachée de Véronique Sanson et Brigitte Fontaine ? La petite soeur de Camille ? En tout cas c’est bien la relève de Diane Dufresne et Marie-Jo Thério, c’est sûr ! Ici accompagnée d’un quatuor à cordes et d’une batterie, elle joue son personnage farfelu au grand piano noir puis à la gratte à paillette. Forte en impro entre les titres, mais rigoureuse aux mélodies rock, on tient là un ONVI de qualité !

The WaowRETOURS : Francoiz Breut navigant entre Dominique A et Jeanne Moreau est à nouveau dans la place ! Yoanna propose un show version duo accordéon / violoncelle classe en apparence, mais elle reste toujours chipie écorchée et rebelle.

LA CLAQUE : The Waow (oui, le nom du groupe par contre…). Malgré un petit côté arrogant du chanteur, se dégagent d’eux une énergie rock bluffante, de la classe, un sens aiguisé du spectacle, bref : détonants!

Le site du festival

Texte et photos Serge Beyer

Publié le