Chroniclip

Des hommes et des clips

 

Deux journalistes, Clara Beaudoux et Delphine Osmont, ont choisi de s’intéresser à des personnes souvent tenues à l’écart des projecteurs : les réalisateurs de clips.

Gaëtan Chataigner, David Tomaszewski, Stéphane Berla. Ces noms ne vous disent pas forcément grand-chose mais vous avez probablement aperçu les vidéos qu’ils ont réalisées pour Dionysos, Orelsan ou encore Katerine. Car si les clips ont la côte sur YouTube et Dailymotion, les réalisateurs ne profitent pas toujours de la notoriété de leurs œuvres. Le magazine en ligne Chroniclip vise justement à mettre en avant ses acteurs de l’ombre dans de petites chroniques. Le principe est simple : le clip défile sous nos yeux tandis que les réalisateurs commentent les plans, détaillent les conditions de tournage ou dévoilent des anecdotes, créant ainsi une sorte de making-of. Comme Henri-Jean Debon, réalisateur du clip de « Lost » de Noir Désir et de bien d’autres encore, qui explique certaines de ses astuces : « La maison au loin, qui est comme un but à atteindre. Évidemment, elle n’était pas du tout là au départ, on a dû la replacer à l’ordinateur… » Ou encore Phillipe Gautier, qui raconte le tournage du cultissime « Marcia Baila » des Rita Mitsouko : « On a tourné quatre ou cinq jours. Aujourd’hui, on tourne des clips en une journée, mais là, c’était vraiment le début. »

Chroniclip

Fondé par deux journalistes, Clara Beaudoux (France Info) et Delphine Osmont (ex-Inrocks, MTV, etc.), le site Chroniclip a été crée il y a environ deux ans et demi. « Nous avons réalisé un épisode pilote avec Alexandre Athané que nous avons rencontré au festival Protoclip (festival du clip, huitième édition en novembre dernier, ndlr). Il a été diffusé à l’époque sur le site de Libération », explique Clara Beaudoux. « On gravite dans le web, la radio et la musique depuis des années. Chroniclip rejoint un peu tout ce que l’on fait par ailleurs. » La petite équipe de Chroniclip ratisse large, donnant autant dans le rap (Sefyu), la musique électronique (Make the Girl Dance) que la folk (Hold Your Horses) et le rock (Noir Désir). « En général, les réalisateurs sont contents que l’on parle d’eux. Ce sont des gens créatifs et humbles. Souvent, ce sont aussi des gens qui ne sont pas que réalisateurs de clips. » Pour le moment, le projet reste amateur et bénévole. Pour autant, elles voient l’avenir en grand : « On se heurte un peu au plafond de verre de cette chronique, en essayant de contacter Michel Gondry ou Spike Jonze. Si on s’associait avec un média, on pourrait faire ce que l’on a envie de faire », explique Delphine Osmont.

chroniclip.fr

Yves Tradoff

 

A vos agendas : le mardi 18 décembre, Chroniclip et Re/ec investissent le Batofar pour une soirée de clips ! Au programme : du très kitsch, du très bon, du très drôle et du très beau. L’occasion de découvrir leurs clips coups de cœur, de danser et de s’amuser. Et en plus vous pouvez dédicacer des clips qu’ils diffuseront. C’est à partir de 18h et c’est gratuit. Détails : http://www.facebook.com/chroniclip

Publié le