Tue Loup« 9 »
(Dessous de Scène / Socadisc)
Neuf albums que Tue-Loup continue d’inventer une americana à la française avec son folk rugueux, souvent rural, qui raconte magnifiquement les tourments de l’âme. Depuis 1998, qu’il fasse la Une des journaux branchés ou squatte les pages « chroniques » des habituels soutiens, le groupe ne dévie pas sa ligne musicale. Romantique jusqu’au bout, Tue-Loup ne fait que ce qui lui plaît, exhibant sans impudeur sa mélancolie automnale ou laissant éclater des orages électriques à la Noir Dez’. La voix veloutée de Xavier Plumas nous berce pendant que la batterie martèle à contretemps d’un piano « à la Bowie ». Pendant ce temps, la guitare commence à s’énerver pour devenir enragée. Avec « Marinette », le groupe sonnerait presque post rock alors qu’avec « Les grandes marées », le premier single, on se croirait revenu aux origines, au moment où ces potes de la Sarthe jouaient dans une grange perdue en rase campagne. Mais Tue-Loup a évolué, nous avons vieilli. Ils sont encore meilleurs qu’avant. Et ça… c’est neuf ! myspace.com/tueloup
Éric Nahon


Publié le