Theo Hakola

« This land is not our land »
(Wobbly Ashes Records / MVS)
Cet Américain installé à Paris a été le leader d’Orchestre Rouge, groupe de new-wave qui a connu son heure de gloire au début des années 80, puis de Passion Fodder. Ecrivain, chanteur respecté d’une poignée d’adeptes et de musiciens, Theo Hakola sort avec « This land is not our land » son premier disque depuis cinq ans. Enregistré entre Rennes et Paris, ces douze chansons sans concessions laissent toute sa place à la voix grave et profonde du monsieur et possèdent une ambiance de marécages et de grands espaces. Le violon fait des merveilles, la guitare rêche et désolée convoque toute entière les héros de John Steinbeck et l’on se dit alors que l’on aurait bien vu cet album sortir au début des années 90, entre les premiers Noir Désir et un Nick Cave… Il y a peut-être des passages en français dont on se serait bien passé, deux trois chansons en trop, mais rien que pour les 3’42″ de « My love’s kisses », « This land is not our land » est tout simplement un album rare. www.theohakola.com

Bastien Brun




© 2012 - 2014  Longueur d'Ondes - Design par Shake Studio & Iconoclaste