GUIMO

« Lotophage »
(Autoproduit)
Avec assurance et clairvoyance ce duo continue d’affiner son champ sonore. Ainsi, si le premier album était d’obédience folk indé, le deuxième s’acoquinait avec « L’imprudence » salutaire d’un Bashung. Affinant encore plus son propos sans l’assécher, « Lotophage » constitue ainsi une tentative réussie de concilier chanson ultra-intimiste et variations post-rock en apesanteur. Les climats graciles de ces compositions y nécessitent toute la concentration de l’auditeur. Les respirations dessinées par des cordes légères, des bruits discrets comme l’eau de source qui ruisselle, confinent à une proposition d’ambient acoustique (si, si !). « Pins parasol » s’avère la pièce la plus « mélodique », puisant dans le meilleur d’un Charlélie Couture. « Petite Venise » qui lui succède recèle plus de moiteur gainsbarrienne, sa stridente guitare résonne dans le cœur de tous ceux qui croient faire la nique à la nuit ! Une telle propension à déchirer le voile de la chanson rassérénera néanmoins tous les aventuriers en mal de galipettes auditives.
guimo.bandcamp.com

Vincent Michaud



© 2012 - 2014  Longueur d'Ondes - Design par Shake Studio & Iconoclaste