The Dodoz

« Forever I can purr »
(Murrayfield)
Longtemps repoussé, le deuxième album du quatuor toulousain arrive enfin sur nos platines et force est de constater que l’attente en valait la peine. Pour ce qui est de l’enregistrement déjà, la qualité est au rendez-vous. Captés sur bandes analogiques par Peter Murray en terres vauclusiennes, c’est finalement à Liverpool que les douze titres sont peaufinés par le non moins célèbre Mike Crossey (The Kooks, Arctic Monkeys…). Du coup on garde le côté énergique et mélodique (« Death in the pocket of his coat ») mais on y ajoute plus de réverb anglaise. Géraldine fait toujours le travail à la voix et à la basse, et chose rare ce sont les mecs qui se chargent des chœurs. Profondément inspiré par les années 2000 (Yeah Yeah Yeahs), The Dodoz s’affirme plus que jamais post-punk. Attention cependant à ce que la récente signature chez la major Columbia ne laisse pas échapper l’aspect do it yourself qu’ils affectionnent tant.
thedodoz.sonymusic.fr

Julien Deverre



© 2012 - 2014  Longueur d'Ondes - Design par Shake Studio & Iconoclaste