PONY TAYLOR

« How to fold paper in half twelve times »
(SuperHomard Records / Modulor)
Le groupe d’Avignon signe son retour avec ce deuxième album, qui ne change pas la recette du premier . Toujours inspirés par la pop anglaise comme Pulp ou Supergrass, les cinq musiciens enchaînent douze titres pied au plancher. Ça cavale dur, les rythmiques sont entraînantes et l’ambiance est plutôt électrique, avec en plus des claviers très présents et le renfort ponctuel de cuivres sur « Troublemaker ». Si Pony Taylor fait parfois preuve d’un léger excès de zèle (production parfois trop marquée), il n’en reste pas moins un groupe capable de fulgurances magnifiques : « Videogame », « Ultrabright » ou « Lovely pittle Rupert » sont des coups de sang qui réveillent et font se lever d’enthousiasme. Et comme l’acoustique lui sied aussi (« Into the distance » est une vraie réussite), Pony Taylor finit de rassurer sur son potentiel et sa faculté à garder sa musique catchy.
ponytaylor.bandcamp.com

Mickaël Choisi




© 2012 - 2014  Longueur d'Ondes - Design par Shake Studio & Iconoclaste