TANG

« Dynamite drug diamond »
(Emolution Records)
Dans des morceaux longs et denses, ces Lillois s’appliquent à rechercher une épaisseur avec un effet « bloc » dans le son.Avec des cordes ultra aiguisées, les accords et les mouvements des guitares rendent des sensations très tranchantes. La batterie prend également une part conséquente dans la partie. Mais l’édifice tout en tension ne reste pas inébranlable. Il y a des fissures où les contrastes apparaissent plus marqués que dans leurs deux premiers albums. Une tendance emo est aussi beaucoup plus affirmée ici. Deux voix se répondent : des hurlements, du chant, des passages parlés, et un sentiment de désespoir mêlé à du désenchantement. La tristesse enfouie remonte pour exploser et s’exprimer dans l’urgence, le chaos, le calme. Les vibrations intenses de « Helissandur », la profondeur gagnée par les cuivres, mènent à un final évanescent. L’apaisement finit par se faire entendre plus loin, dans l’ultime titre instrumental « Roses out of chaos ». www.tangtangtang.net

Béatrice Corceiro



© 2012 - 2014  Longueur d'Ondes - Design par Shake Studio & Iconoclaste