« Souls to the wind »
(Autoproduit)

Son précédent opus et premier véritable album, « Life », nous avait fait l’effet d’un électrochoc musical, une révélation comme on en vit rarement. S’il semblait peu probable de retrouver la même intensité, c’est pourtant ce qui s’impose dès les premières notes de « Souls to the wind ». A nouveau, la gorge se serre et le ventre se tord car pour Aube Lalvée, la musique ne saurait être une attrayante et harmonieuse création policée, un langage esthétisé : elle est l’expression directe et instinctive de ses tripes, de son âme… Et son écoute est en premier lieu une confrontation, l’expérience d’une vérité, avec tout ce que cela suppose de difficile et de douloureux et, in fine, de supérieurement beau. De ses notes parcimonieuses, de sa voix aussi tourmentée qu’éclatante, de ses atmosphères en mode mineur traversées de lueurs, Aube tire une musique du trauma et de l’angoisse de vivre… autant que de l’envie de vivre. aubelalvee.canalblog.com

Jessica Boucher-Rétif
Ecouter avec deezer


Publié le