« Rock’n’roll with the Regulars »
(ThanksToNoone)

Des musiciens qui siéent bien vous entourent et les compositions s’envolent. Orgue veloutée ou nerveuse, batterie affutée, tout un attirail rock enrobe avec classe, mais folle décontraction les compositions de JFG, entre rock folk et groovy. Jonathan Richman a influé sur le design de la pochette et le titre de l’album. Son « Rock’n’roll with the Modern Lovers », riche des tubes « Ice cream man » ou « Egyptian reggae », donne l’esprit du disque. Attention tout de même, le téléphone de « Nuisance caller » sonne… le retour de la sève corsée, avec un riff très kinksien première époque. « Where’s the regular man » a lui tout de l’hymne en puissance. En suivant, « Phone in sick » entame les premières notes de « Stephanie Says » du Velvet Underground, puis s’en éloigne, mais reste au diapason. Suave et langoureux, le morceau pourrait séduire les indie radios en manque de douceurs corsées. Un Mon Chéri en gorge profonde pour faire roucouler la jeunesse ! myspace.com/jfgandtheregulars

Vincent Michaud


Publié le