“Nous étions Dieu”
(Kwaïdan / Discograph)

“Est-ce l’Est ? (Berliner romanze)” (2008), premier effort musical illustrant un recueil photographique de son cru, avait suscité un réel coup de cœur et révélé à la chanson le photographe Nicolas Comment. Produits par Jean-Louis Periot, les titres évoquaient une indéniable filiation avec Gainsbourg et Rodolphe Burger. Un talk-over de velours, des mélodies addictives, des guitares ciselées, des chœurs féminins sensuels : Berlin-Est se drapait de seyants attributs. “Nous étions Dieu” son premier véritable album, poursuit cette entreprise de séduction, avec cette fois-ci Marc Collin (Nouvelle Vague) aux commandes. La production est ambitieuse, le climat musical, entre l’esthétique glacial du label Factory et une pop mélancolique, flirte idéalement avec des textes au cordeau. On ne sort pas indemne de l’écoute de ce disque, car on ne s’en détache pas aisément. Peu ont ce pouvoir, le dernier en date étant “La superbe” de Benjamin Biolay. Un songwriter de premier plan est né… myspace.com/nicolascomment

Alain Birmann


Publié le