« La course des loups »
(Tacca / Select)

Prolifique et jeune, l’auteur-compositeur-interprète révèle encore une fois sur ce septième disque qu’il a le feu dans la gorge, cette envie profonde de dénoncer, de faire les choses à sa manière. Cargnello poursuit également l’amplification initiée sur le précédent disque « Bras coupé ». Il mêle toutefois à ce rock un peu plus de folk, un peu moins de funk et d’airs de la Louisiane. Et c’est tant mieux. Poursuite également de son aventure en français avec cet accent qui lui est propre et ses tournures de phrases qui font sourire. Pour une première aventure en studio (précédemment, il a toujours enregistré à la maison), l’homme a respecté ce qu’il est, en adoptant, en toute simplicité, des façons de faire propres aux années 70. Sur ce disque à la fois engagé et festif, on a surtout envie de se laisser aller, de fredonner des refrains qu’on adopte en toute simplicité. paulcargnello.com

Sarah Lévesque


Publié le