« Château Rouge »
(Barclay / Universal)

C’est à croire que tout slammeur qui se respecte – ou qui veut être respecté, doit se mettre à chanter ou collaborer avec un musicien. Cette fois, c’est avec Gonzales qu’Abd Al Malik décide de tailler la route de de prendre des chemins de traverses : électro, rumba africaine, dancefloor sous tranxene… Porté par ce souffle de liberté Malik invite Papa Wemba, illustre chanteur congolais ou Eric Koenig, le leader de Vampire Weekend, pour des duos surprenants. Pas le temps de se remettre du choc musical, Malik a des histoires à nous raconter. D’abord celle de son grand-père, soldat dans l’armée française et mort centenaire au Congo. Puis la sienne et celles des autres. Il se dévoile par bribes ou par tranches, des moments de bonheurs volés dans la douleur quotidienne. Et l’auditeur, un peu désarçonné au début, se doit de se laisser aller à écouter, attentivement comme toujours, l’univers unique d’Abd Al Malik. Avant de se laisser envoûter. www.abdalmalik.fr

Eric Nahon



Publié le