L’auditorium (Fresnes), le 19 novembre 2010
Sarcloret est à la chanson francophone ce que le trou est à la passoire : une nécessité ontologique ! Savante créature de science friction, mélange de Dylan à la guitare et de Desproges aux textes, un virtuose dans l’art subtil de l’humour à froid servi en show.

Il ose tout avec l’air placide du garnement pris la main dans le pot à miel, sur le ton dérisoire du « Et alors ? ». Gynécologue amateur, hétérosexuel convaincu, mais non pratiquant, c’est un dandy suisse qui balance les pires horreurs, le regard étonné, le sourire en coin : « Il n’y a pas de petite bite, il n’y a que des gros cons » !

Ce soir, il donne son concerto pour brèves de cimetières et charentaises musicales, comprenez une collection d’épitaphes à la Jean-Marie Gouriau, vidéos projetées qui font office de virgules sarcastiques et de doigt d’honneur. Accompagné par Mélanie Depuiset, percussionniste, chanteuse et comédienne, il nous explique l’air pénétré pourquoi les guitares c’est mieux que les femmes (une guitare ne vous reproche pas d’acheter des magazines de guitares par exemple), tout le mal qu’il pense du gaucho-centrisme à la Télérama, de Sylvie Vartan, de son goût immodéré pour les balcons bien remplis et d’autres sujet plus délicats encore.

Mais derrière cette façade qui se fend la gueule ; la peur de la mort, l’inextinguible besoin d’amour, le temps qui fuit… Sarcloret n’est jamais aussi grave que lorsqu’il est drôle. « Des questions ?! »

Site : http://www.myspace.com/sarclo

Yan Pradeau

Photos  : Marylène Eytier