Café de la danse (Paris), le 17 novembre 2010

La miss a un véritable talent. Dès son arrivée sur la scène du Café de la Danse, qu’elle partageait ce soir là avec Olivia Pedroli et Ornette pour la soirée « Nos artistes ont des talons », les applaudissements d’un public déjà conquis ont envahi la salle. Immédiatement, elle a entamé les chansons de son premier album « Écoute s’il pleut » dont la sortie est prévue pour le 17 janvier 2011. Captivante, son jeu de scène n’a guère besoin d’extravagance : elle chante avec une puissance qui impose une écoute attentive. Le ton de sa voix est saisissant, il bondit de gamme en gamme avec une rigoureuse justesse, tantôt grave et profond, tantôt cristallin et tintant à la manière d’une clochette.

Elle est accompagnée du pianiste, guitariste et bassiste Claude Dos Santos, du violoncelliste Thomas Nicol, du guitariste Stefano Bonacci et du batteur Jérôme Spieldenner. Les quatre hommes, surnommés les « MelissBoys » par le public, s’acquittent des mélodies douces et s’éclatent pour celles carrément rock. Naïve et impliquée, l’artiste s’inspire grandement des problèmes sociaux. Sa révolte certaine est secondée d’un optimisme encourageant. Ainsi, sur le titre « Les enfants de la crise », elle propose une chorégraphie légère et amusante qui sonne comme un écho à ses paroles « Ne te retourne pas, le monde est à refaire ». Elle a croisé la Marseillaise et l’Internationale pour en faire « une bonne petite mayonnaise » ! Le titre « Aux armes » est mis en ligne avec un clip animé très réussi. « Je me souviens » et « Le mouton » sont également disponibles et le détour vaut le coup pour se faire une idée.

Melissmell est charismatique à la manière des anciens, comme Brel et Ferré savaient l’être : elle a de réelles prestance et présence scéniques qui empêchent tout décrochage et ses morceaux embarquent dans une émotion sur le fil, loin de la réalité et pourtant si proche de la vie. Elle y croit et nous aussi.

Site : http://www.melissmell.com/

Mélodie Oxalia

Photos Julie Rochereau

Publié le