“Ivory Tower”
(Boys Noize Records)

Retirez l’adjectif Chilly et vous retrouvez derrière ce projet électro-classique, le célèbre stakhanoviste montréalais du piano, génial pourfendeur des règles de bienséance stylistiques. Le voici dans un épisode plus ancré dans les musiques électroniques que d’habitude. C’est bien le piano qui donne toujours le la, au centre d’une piste de danse sur laquelle se déhanchent disco, piano-house chicagoane, French Touch, musiques de films et classique. C’est étonnamment cette dernière qui amplifie ses compositions, avec un équilibre qui, une fois maîtrisé, est imparable. On se délecte du bouillonnement créatif du pianiste, qui nous ressort boucles de flûte, synthés vintage et chœurs féminins kitsch et délicieusement assumés. Un exercice de style qui tient autant de Lalo Schifrin que de Giorgio Moroder, l’humour en plus. chillygonzales.com

Damien Baumal


Publié le