« Les pavés grondent, Director’s cut »
(La Saugrenue / Anticraft)

Ne dit-on pas d’une fanfare qu’elle est de qualité quand elle sonne légèrement faux ? Il est vrai que le charme de ces orchestres qui avancent est de jouer la note si bleue qu’elle en devient violette. La Goutte au Nez, dans cette génération 2.0 de brass band à tendance punkoïde, nous emporte loin, très loin des fanfares à papa qui, été comme hiver, jouent pour toutes les chrysanthèmes des airs, jadis élégants, et se finissent à l’amicale des boulistes de St Cucufin, un verre de pastis à la main La Goutte au Nez (GaN pour les initiés) c’est, pour paraphraser Madness : « One step beyond » ! Groove qui chauffe, son qui tue, technique qui déchire ; le tout au service d’une émotion juste, intense, d’un répertoire iconoclaste qui empreinte sans plagiats, restructure, remodèle… Les oreilles grandes ouverte, La Goutte au Nez va vous mettre la larme – de joie – à l’œil. myspace.com/lagoutteaunez

Yan Pradeau


Publié le