TOURNÉE NON-STOP AU PAYS DU MILIEU !

Alors que le groupe Ma Valise est encore en tournée (voir les dates ci-dessous) pour la promo de leur nouvel album « Wege », voici le compte-rendu de leur périple en Chine, du 9 au 25 juin dernier. Reportage du groupe lui-même.

Voyager est une chance à saisir, et nous sommes toujours partants pour le voyage, parce que la musique en est un, parce que cela nous nourrit, humainement et artistiquement, et que voyager pour jouer c’est avoir quelque chose à donner. Disons que nous sommes tournés vers l’étranger. Nous aimons voir d’autres horizons, passer les frontières, décentrer notre regard et prendre conscience du monde. Nous considérons la musique comme un moyen d’engagement vers l’autre, quel qu’il soit, ici ou ailleurs. C’est donc avec enthousiasme que nous avons accueilli la nouvelle, quand ce voyage en Chine s’est confirmé, grâce au soutien du Pôle de la Région Pays de Loire et du réseau des alliances Françaises en Chine.

Nous sommes partis début juin pour donner 9 concerts en 13 jours ; une tournée à grande vitesse dans 9 des grandes mégapoles de l’Est, vitrines de la Chine moderne, où la course au développement se traduit par une poussée vers le haut : partout, les immeubles surgissent, toujours plus haut, dans un chantier permanent où s’activent les ouvriers, 24 h sur 24, comme des fourmis bâtisseuses, à l’aide d’échafaudages en bambous et de grues gigantesques, animaux urbains communs. Malgré cela, chaque ville nous aura laissé une impression différente. Il faut dire que nous avons parcouru d’immenses distances dans ce pays-continent, jusqu’à 2000 kilomètres entre deux dates (Dalian – ChongQing)… environ 8000km en 13 jours.

Nous avons donc passé une bonne partie de notre temps dans les transports, comme téléportés de ville en ville, sans avoir le temps d’en faire le tour, toujours de passage, toujours en mouvement. le rythme avion – taxi – hôtel – concert était une première pour nous qui avons l’habitude des tournées en camion, lors desquelles on a plus le sentiment de maîtriser notre navigation. Nous sommes encore un peu secoués, l’impression d’avoir vu défiler des milliers de visages et de kilomètres en une seconde.

Dans chaque ville, le temps du concert était le réel moment de découverte mutuelle. La musique est toujours un vecteur d’échange, elle véhicule nos émotions et fait vibrer une fibre universelle. Les réactions du public chinois furent diverses, liées souvent à l’événement plus qu’à la musique : yeux grands ouverts, applaudissements intenses mais brefs, sourires toujours, cris de surprise ou d’enthousiasme, pas de rappel, ça danse parfois aussi, avec des mouvements allant du timide balancement à une danse frénétique et désarticulée. Un échange direct, simple et éphémère, comme partout ailleurs : we live in the same world ! Pour un groupe en tournée dans un pays à la culture si différente, compte tenu des déplacements, des multiples temps de transferts, d’attente, et la lourdeur de l’organisation, le concert est le rendez-vous programmé à ne pas rater. On doit en profiter au maximum et faire preuve d’application, car avec les Chinois, le reste du temps, la conversation est difficile, et les occasions de se poser pour échanger sont rares.

Les Chinois francophones utilisent toujours avec nous leur prénom français donné lors des cours, cela nous surprend toujours. Comment peut-on mettre de côté sa personnalité pour communiquer avec des étrangers ? Pour nous qui aimons apprendre quelques mots pour baragouiner sur scène entre les morceaux, l’exercice s’est avéré difficile avec le mandarin, une expression chinoise prononcée par un Français, c’est de prime abord abstrait pour un chinois tant la prononciation est difficile. Ils auront apprécié l’intention.

La cuisine chinoise… On regrettera beaucoup de ne pas avoir vu plus de pays, mais on a eu la chance cependant d’être accueillis généreusement et de passer du bon temps à table. Si la cuisine est le reflet d’une société, d’une culture, une porte d’entrée, il faut savoir que la cuisine chinoise est riche, diverse, complexe et épicée et que le repas est un moment convivial lors duquel chacun pioche directement dans les plats situés sur un plateau tournant au centre de la table. Cette cuisine a aussi pour qualité de savoir nous surprendre et de nous amuser parfois. Quelques souvenirs gustatifs : le fameux « compao tji tji » (plat typique et populaire à base de poulet, ciboule, arachides et piments), salade d’oreilles de cochon, salade bouillie, excellents poissons en sauce, chenilles et larves grillées, cœurs de poulet, cartilage de poulet, têtes et pieds de poulet (mais où finit donc le blanc des poulets chinois ?)…

La tournée, jour par jour, ville par ville.

10 JUIN, NANTES / BEIJING

À peine remis d’une tournée de 12 dates en Allemagne, direction Pékin (Beijing). 12 h d’avion (une escale imprévue à Stockholm nous a retardés de 3 h). Nous arrivons harassés et déphasés. Xin nous accueille et nous parle de sa ville, de son pays, et de la tournée à venir. Nous sommes hébergés à l’hôtel-pension « Zhang Zhong », style traditionnel, chambres autour d’une cour, repas avec l’équipe de l’alliance de Beijing. Nous y faisons la connaissance de Pauline, du réseau des Alliances, avec qui Gwel était en contact pour la préparation du voyage ; elle a coordonné notre venue. Soirée au JiangHu, chouette bar dans une Hutong (les ruelles typiques de Beijing). Concert de Zhang WeiWei et Guo Long (accordéon / guitare / voix) organisé par Yohann, le mari de Xin. Originaire de Poitiers, il a organisé la venue en Chine des Papier Tigre, Gong Gong… Chouette rencontre. Welcome to China !

11 JUIN, BEIJING, PREMIER CONCERT

Le Mako est un club qui a récemment ouvert. Un peu excentré, 600 personnes viennent pour assister aux concerts. L’entrée est gratuite comme sur tous les concerts de la tournée ; le groupe chinois NanWu ouvre bien la soirée avec son folk-rock excentrique mêlant guitares et instruments traditionnels (flûtes, percussions). Nous appréhendons le concert car nous n’avons pas fait de réelle balance. Gweltaz a passé la journée à courir les magasins de musique à la recherche d’une contrebasse jouable et des éléments de batterie manquants, nous n’avons emmené que les guitares, accordéon, caisses claires, cymbales et pédaliers. Show bien accueilli malgré de gros problèmes de son et la sensation de pouvoir donner quelque chose de beaucoup mieux… Nous descendons dans le public pour une session acoustique. La projection du match de foot (coupe du monde oblige !) sur un grand écran en devant de scène mettra fin à ce moment privilégié, et à la soirée.

12  JUIN, DÀLIÁN

Dàlián est une ville du Nord-Est, au sud de la baie de Dàlián. Départ 7 h, le ciel est bouché, ce qui empêche les avions de décoller. 9 h d’attente à l’aéroport de Pékin. Titus, notre sonoriste, se cogne le pied contre un fauteuil, le pied gonfle. Arrivée à Dalian à 19 h (heure prévue pour le concert). Yi An, un jeune assistant du directeur de l’Alliance, nous accueille et nous conduit tout de suite sur le lieu du show. Belle scène posée sur une terrasse du toit d’un immeuble de taille moyenne, entouré de gratte ciel en construction pour certains. Un fond de scène imprimé pour l’occasion présente notre venue comme un événement. Tout cela est beau, mais nous avons un petit moment de panique en découvrant que, sur scène, seule trône la contrebasse louée pour l’occasion… ni batterie, ni ampli, ni câbles ! Heureusement, un groupe franco-polono-allemand pouvait assurer la première partie, et en une heure, Yi An et Xiao nous ont trouvé tout ce qu’il fallait pour que nous puissions jouer. Dernière mauvaise surprise, l’accordéon a pris un choc dans l’avion. Plusieurs notes de la main gauche sont coincées et sonnent continuellement. Concert entier avec bourdon dans l’oreille gauche. Le moment a quelque chose d’irréel, la tête dans ce ciel orangé chargé d’humidité, en fin de soirée.

13 JUIN, SHENYANG

Départ 8 h, nous n’aurons pas vu Dàlián de jour. Il paraît que c’est une agréable ville de bord de mer… 5 h de minibus pour Shenyang, ancienne Mandchourie. Nord Est, tous près de la Corée du Nord et de la Mongolie. Un climat comparable à Montréal et ses six mois d’hiver. Gaël, Xiao et Yi An nous accompagnent. Nous jouons dans un amphithéâtre de l’université. Régie sur le côté. Au bout de trois morceaux, Gwel pose la contrebasse (impossible à faire sonner) et prend la basse électrique prévue en remplacement. Il fait tout nu sans ce meuble à ses côtés, mais il s’en sort bien et cela sauvera le concert. Très bonne ambiance, public majoritairement étudiant ; ils nous tombent littéralement dessus à la fin pour une demi-heure de photos et dédicaces. Peu après, en compagnie de l’équipe de l’université, professeurs de musique, de littérature, excellent repas arrosé de Tsingtao légère (2,5°) mais en quantité. Prises de paroles solennelles et amicale. Journée mémorable. Le sentiment d’être enfin arrivés, de pouvoir souffler un peu. Contrairement aux deux premiers, ce concert a marqué le début de quelque chose. Cette vie nous portera jusque tard dans la nuit.

14 JUIN, SHENYANG / CHONGQING

Départ matinal. Pause touristique à la cité interdite de Shenyang, 5 h de minibus. Dalian. 3 h d’avion, arrivée vers 23 h à ChongQing, au bord du Yangzi. 32 millions de personnes, plus grosse ville du monde en nombre d’habitants ; notre seule étape au centre du pays. Marie-Hélène, directrice de l’alliance locale, et Li Linghong, son homologue chinois, nous accompagnent à l’hôtel puis nous emmènent boire un verre, ce qui permet de mettre le doigt sur quelques problèmes techniques à résoudre pour le lendemain (batterie, basse, amplis, câbles..). Le pied de Titus est violet.

15 JUIN, CHONGQING

La ville se réveille tôt, les rues sont animées et bondées. Il fait gris et chaud. On ne voit pas l’horizon. Les têtes des gratte-ciel se perdent dans un ciel lourd. Titus retrouve Marie-Hélène et Li Linghong, traversant la ville de bon matin sur une vieille moto, empruntant les trottoirs pour éviter les bouchons et arriver assez tôt à la salle pour prendre les choses en main, résoudre les problèmes et pouvoir faire un des meilleurs concerts de la tournée. Techniquement : régie en façade, ouf ! Amphithéâtre dans le campus, 1000 étudiants assistent au concert. Malgré le nombre, ce concert a quelque chose d’intimiste. Les gens sont là, autour de nous, souriants et réagissant au moindre événement, la plupart d’entre eux se lèvent dès le début. On nous offre des fleurs dès le troisième morceau. Touchés. Chouette session acoustique, tous chantent les réponses dans la chanson de Nazaré Pereira !

16 JUIN, CHONGQING / CANTON (GUANZHOU)

C’est le jour de la fête des bateaux dragons, nous la passerons dans l’avion. Lors de cette fête, les Chinois s’offrent des petits présents, riz sucré dans une feuille de bambou, en mémoire d’un poète qui s’est noyé pour prouver sa fidélité à l’Empereur. Les habitants avaient alors nourri les poissons pour qu’ils épargnent le corps du poète. Arrivés à Guanzhou, Mireille (de son nom français) et Jean-François (qui est lui bien français, et directeur de l’Alliance) nous accueillent très aimablement et nous invitent à découvrir la cuisine cantonaise. Saveurs simples et moins relevées que ce que l’on a pu goûter jusqu’alors. Visite nocturne de l’île Shamian, quartier colonial. Jean-François est un guide passionné et enthousiaste, il essaye de nous faire partager son intérêt pour cette ville aux multiples visages.

17 JUIN, CANTON (GUANZHOU)

Premier jour off de la tournée, ni concert, ni déplacement. Tout le monde est bien rincé. Le pied est devenu verdâtre… Il fait une chaleur tropicale, ballade dans la ville de Guanzhou, qui est un gigantesque chantier, les autorités ayant entrepris un grand relooking de la ville en vue des Jeux Asiatiques qui s’y tiendront en novembre. Visite d’un quartier populaire à l’ouest. Ruelles étroites, échoppes et marché, vestiges authentiques à échelle humaine, menacés par les bulldozers. A deux pas de là, les ruelles ont été rasées et laissent peu à peu place aux immeubles impersonnels. En soirée, balade sur la rivière des perles, c’est haut Guanzhou ! Plus tard, fin de soirée tranquille dans un parc où certains s’exercent à la calligraphie à l’eau sur le sol, d’autres chantent autour d’un petit poste, jouent aux cartes, bavardent…

18 JUIN, CANTON (GUANZHOU)

Fête de la musique dans la salle du parc Tutu. Le sound-system est de qualité médiocre. La salle résonne. Technicien son néo-zélandais peu coopérant. Balance difficile et écourtée. Plusieurs jeunes chanteurs se succèdent, puis deux groupes. Le premier reprend, entre autre, « Sympathique » de Pink Martini. Le deuxième : impro rock avec un guitariste, un batteur et une chanteuse tibétaine. L’heure venue de jouer, début très laborieux : les vibrations de la scène font bouger les connectiques, la piste de l’accordéon envoie de gros cracks dans la sono. Le public est, malgré tout, bien dedans, hyper enthousiaste. Ce sera finalement un bon concert.

19 JUIN, MACAO

Départ 7 h. Macao est à 130 km au sud. 2 h de bus. Passage épique de la frontière : nous devons porter nos 250 kilos de matériel à chaque passage de douane. Situé au sud du delta de la Rivière des Perles, Macao, territoire autonome, est marqué par la présence portugaise et par la folie du jeu. Le concert se déroule dans un quartier d’anciennes maisons coloniales au bord d’un étang, ancien marais. De l’autre côté, la mer a été remblayée pour construire de gigantesques temples du jeu. « Le Venitian », que l’on aperçoit derrière la scène, est le plus grand casino du monde. Pas loin de là, à l’ouest, au milieu de l’unique zone un peu sauvage, un immense immeuble en construction surplombe. Concert sous le soleil devant un public constitué principalement de personnes en balade . Plutôt agréable. La fin de journée le sera moins : un saut à l’ambassade de Chine pour obtenir deux visas manquants, nous dormons en Chine, passage de la douane à pied. Plus d’un kilomètre à faire des allers-retours pour faire passer tout notre matos. Une bonne heure et demie de ce sport, avec le voyage du matin et un concert dans les pattes. Et Titus boîte encore. Nous arrivons vers minuit à l’hôtel situé juste après la frontière. Ca fait bizarre de galérer autant pour certains trucs et de se retrouver à dormir dans un 5 étoiles. À Macao, nous sommes restés 9 h !

20 JUIN, SHANGHAI

Avion puis 1 h de minibus pour SongJiang, périphérie de Shanghai. Accompagnés par Nadar, notre référent pour cette date (assistant à l’Alliance) on apprend avec un peu de déception que le concert à lieu à 40 km du centre. La scène est posée au milieu d’un étang artificiel, proche d’une galerie marchande ; le contexte est amusant, une scène sur l’eau. Un calicot en fond de scène reprend une de nos photos et des dessins représentant la tour Eiffel, Montmartre, l’Arc de Triomphe. Heureusement, ils nous ont épargné le bleu-blanc-rouge, le blanc étant la couleur du deuil en Chine. Après un concert réussi, Titus et Raph trouveront l’énergie pour aller à Shangai retrouver les Gong Gong qui jouent près de l’ancienne concession française. Un peu de tourisme nocturne, une petite nuit, on décolle à 6 h 30 pour Tsingtao.

21 JUIN . TSINGTAO (QINGDAO)

Ville moderne, port de commerce majeur, Tsingtao est une ville balnéaire située à l’est de la province du Shandong. La bière locale est connue mondialement. Yang nous attend à l’aéroport. Pleine d’humour, elle nous présente l’équipe de l’alliance comme un grande famille. Mini-conférence, concert à l’Alliance pour présenter le groupe aux élèves, concert au « Paulaner Bar » qui a tout d’une discothèque (forte odeur de tabac froid et d’alcool, système son alambiqué, régie derrière la scène). Nous jouons tard, après le match, chaude ambiance et concert très apprécié. La fatigue tombe sitôt le show terminé. La journée off à venir sera la bienvenue car ces 4 derniers jours ont été intenses.

22 JUIN, TSINGTAO, OFF

Première vraie nuit depuis Guanzhou. Rapide baignade dans la Mer Jaune. Shopping express au marché de Jimolu, grand bazar sur trois étages. Plus tard, nous avons la chance d’être invités par la famille de Aï, une très bonne amie mariée en France à Pitou, pote d’enfance de Ronan, Gwel et Raph. 1 h de voiture, visite des grands parents qui habitent encore la vieille maison où a vécu Aï dans ses premières années. Très rudimentaire : deux pièces sommaires, petite cour et potager. On partage une pastèque, c’est notre première escapade hors de la ville. Le blé sèche au soleil à même la route. Les paysans l’égrènent en le lançant en l’air. Un peu après, repas en compagnie des parents de Aï, tout le monde est ému, remerciements mutuels, chansons. Ce moment sera la seule parenthèse improvisée dans cette tournée où tout était planifié et chronométré.

23 JUIN, JI’NAN

TGV chinois ; le transit du matériel en gare est épique. Heureusement les porteurs à chariots sont hardis. Ils sont également dur en affaires. Ophélie (WoSei Yi ) nous accueille à Ji’Nan, capitale de la province du Shandong. Dernière date, cette ville se révèlera pleine de bonnes surprises. Ballade aux sources pour certains, on passe en quelques minutes des artères bordées de buildings et de centres commerciaux aux quartiers résidentiels populaires et calmes, puis aux canaux bordés de parcs… Concert au « Bandjo Music Bar », café-concert à l’occidentale. Super moment, after au « Box » en compagnie de Laurent, Vincent, Jerry l’Irlandais, un Australien, une Allemande… au bord du canal, un chouette lieu, malheureusement destiné à être détruit dans les prochains jours pour céder la place à des immeubles plus modernes. Encore une fois cette folie constructrice est avant tout destructrice. Nous sortons les instruments et serons sans doute le dernier groupe à y jouer ; demain, concert de bulldozers.

24 JUIN, BACK TO BEIJING

3 h de TGV. Nous retrouvons Beijing, la pension Zhang Xhong. Rapide promenade dans le quartier voisin. Lac Houhai, pêche et jeux de cartes. Resto brochettes en terrasse , poisson grillé recouvert de piments , cartilages de poulets. Nous retrouvons ensuite Yohann au JiangHu, boucle bouclée, échange d’impressions autour d’une dernière Tsingtao. La fatigue coupe les conversations.

25 JUIN . NANTES

Retour, survol de l’immense Russie, le temps est dégagé ; on aperçoit les immenses plaines de Sibérie. Aujourd’hui il fera jour 20 h durant ! 9 h à Beijing,17 h à Paris, minuit à Nantes, pour nous il est 6 h de plus. Il nous faudra bien plus d’une semaine pour nous en remettre, secoués par ce voyage. Heureux de l’aventure, conscients de n’avoir fait que survoler et d’avoir navigué dans une Chine de façade, nous n’aurons vu qu’un des visages du géant, celui qu’il veut afficher aux yeux du monde. Nous avons eu la chance, à l’inverse de certaines minorités, de pouvoir nous exprimer.

TOURNEE MA VALISE :

29 juillet 2010

LAGRASSE (11) – Le Temps des Courges

30 juillet 2010

SAINTE EULALIE D’OLT (12) – Le Puits

31 juillet 2010

MOSTUEJOULS (12) – L’Alternative

07 août 2010

VALE SATURA (IT)

08 août 2010

DEMONTE (IT)

19 août 2010

SAINT PIERRE D’OLERON (17) – Plein air

27 août 2010

OTTERSBERG (DE-28) – Landy + Party Radio El Zapote-Soundsystem

28 août 2010

LUBECK (DE) – Treibsand (Hafenstr. 24)

info : Willy-Brandt-Allee 9

29 août 2010

NEU TRAMM/WENDLAND (DE) – Raum 2

30 août 2010

MARBURG (DE) – Waggonhalle

info : Rudolf-Bultmannstr. 2 A, 35039 Marburg

31 août 2010

KÖLN (DE-50) – Stadtgarten

01 septembre 2010

KONSTANZ (DE) – Kulturladen

info : Joseph-Belli-Weg 5, 78467 Konstanz

contact : http://www.kulturladen.de

02 septembre 2010

REUTLINGEN (DE) – FranzK

info : Unter den Linden 23, 72762 Reutlingen

03 septembre 2010

DUISBURG (DE) – Private congress party

04 septembre 2010

OSNABRUCK (DE) – Lagerhalle

info : Rolandsmauer 26, 49074 Osnabrück

05 septembre 2010

LAATZEN BEI HANNOVER (DE) – Kulturzelt

info : Venue Ahrberg-Gelände in the City

11 septembre 2010

ILE D’OUESSANT (29)

17 septembre 2010

CHOLET (49) – Bar’ouf

19 septembre 2010

REZE (44) – TRENTEMOULT

02 octobre 2010

AIGREFEUILLE SUR MAINE (44)

23 octobre 2010

NANTES (44) – Festival Quai des chaps

info : Concert commun avec les santa macairo orchestar !!!

31 octobre 2010

LA BOISSIERE DE MONTAIGU (85)

18 décembre 2010

CHOLET (49) – Le Jardin de Verre


Publié le