« Le grand voyageur »
(Les marchands de couleur)

Baroudeur dans l’âme, le grand voyageur ne se déplace pas en territoire inconnu. Après trois ans d’écriture et une trentaine de chansons en réserve, son premier album parait avec treize d’entre elles. Pour lui, pas besoin d’aller bien loin pour partir vraiment : il prend son temps pour traduire les émotions qui nous entourent par des paroles touchantes et très poétiques. Il se balade, à bicyclette, la nuit, au café, et partout où il passe, il relève la beauté d’un instant anodin qui en devient charmant. Amoureux des femmes, il les respecte comme un attirant mystère à découvrir avec le plus grand soin. Ses hommages à la vie sont simples mais sincères. S’il écrit et compose seul des mélodies aux notes sucrées, il est bien entouré : guitares, basse, contrebasse, violon et ukulélé accompagnent les airs qu’on sifflerait dans la rue avec une humeur légère comme le printemps. myspace.com/jujumaske

Mélodie Oxalia


Publié le