« Bye bye cellphone »
(Blonde Music / Sony Music)

Ils sont trois, parisiens, font du rock et des premières parties d’Air. Ils ne chantent pas comme Arnaud Fleurent-Didier, ne sont pas aussi dansants que Phoenix, mais jouent quand même des atmosphères aériennes. Après des expériences chez Darkel ou Nouvelle Vague, ils sortent leur premier album, un complet après un EP en 2009. Ils ont une très chouette copine du nom de Camille qu’ils invitent sur le refrain de « Bye bye cellphone », des claviers anciens et des amplis à lampes d’Amérique dont ils savent se servir quand il faut. Ils sont trentenaires, portent des Nike montantes années 80 et la mèche ou la barbe. Cela pourrait tourner en rond, simplement être branché pour rien, mais cet album léger donne la sensation d’un nuage de chantilly sur une coupe de fraise, pardon, sur un strawberry fields forever… On leur a visiblement appris l’anglais car ils chantent dans cette langue. myspace.com/1973

Bastien Brun


Publié le